Administration & politique

Plan triennal 2016-2018

Une commune forte dans une Région forte de sa diversité

« A Bruxelles, communes et Région ont un destin commun, intimement lié ». Voici ce que nous affirmions fermement il y a trois ans.

Les grands constats qui étaient à l’origine du plan triennal 2013-2015 restent d’actualité. C’est pourquoi nous avons décidé de nous inscrire dans la continuité de nos actions et bonnes pratiques précédentes.

Convaincus de l’importance des défis de la Région bruxelloise et du rôle de première ligne des communes, nous continuerons à œuvrer pour offrir à tous les Bruxellois en général et à tous les Auderghemois en particulier, des perspectives d’avenir et une qualité de vie digne de ce qu’ils sont en droit d’attendre. A mi-législature, nous affirmons encore et toujours que le grand défi de Bruxelles, c’est réussir à utiliser toutes les dynamiques pour transformer la ville en un lieu d’épanouissement collectif permettant de dépasser les schémas identitaires figés. Il s'agit de jouer de sa diversité pour accroître son attractivité économique et son attractivité sur les classes moyennes. Nous en sommes persuadés : relever le défi de l'attractivité passera par des communes fortes au sein d'une région forte.

Dans ce contexte, nous attendons du niveau régional qu’il agisse en évaluant systématiquement l’impact de ses décisions sur le niveau local. Il en va de même pour le niveau fédéral et sa nécessaire contribution à la qualité de vie de la capitale. Trop souvent, la Commune a dû mener des combats contre l’action des autorités supérieures. Nous pensons en particulier au survol aérien de Bruxelles, aux permis d’environnement délivrés aux parkings des grandes enseignes situées au boulevard du Souverain empêchant toute nouvelle urbanisation du site, aux projets d’implantation de la Commission européenne, à l’absence de réflexion quant à l’aménagement de l’entrée de ville comprenant le viaduc Hermann-Debroux, à la politique d’implantation des antennes GSM. Pour tous ces dossiers et bien d’autres encore, la commune est et restera vigilante pour éviter que des décisions prises en d’autres lieux ne viennent ruiner nos efforts au profit de la qualité de vie des Auderghemois.

Notre engagement : une gestion rigoureuse pour garantir l'avenir.

Pour la période 2016-2018, nous serons fidèles à nous-mêmes et ferons donc le nécessaire pour mener une gestion exemplaire destinée à dégager des moyens substantiels pour assurer le financement de nos programmes d'investissement. Ainsi, nous maintiendrons les frais de fonctionnement les plus bas de Bruxelles, nous respecterons la règle d’or budgétaire et nous maîtriserons notre masse salariale afin de réduire le rapport charges de personnel par habitant.

En plus de « garantir l'avenir » en investissant dans notre commune, nous contribuerons, à notre niveau, au pouvoir d'achat des Auderghemois en maintenant les impôts locaux les plus bas de Bruxelles.

  2016 2017 2018
Taxe additionnelle à l’IPP 6% 6% 6%
Centimes additionnels au PRI 1.990 1.990 1.990
Frais de fonctionnement 4.664.534,05 4.664.534,05 4.664.534,05
Masse salariale 23.100.765,09 23.763.757,04 24.445.776,97

Masse salariale hors cotisations patronales de pension

Chaque année, nous aurons à cœur d’élaborer un budget avec un surplus primaire substantiel répondant ainsi aux exigences de bonne gestion imposées par le système européen des comptes (SEC2010). Cela nécessite la maîtrise des grandes masses budgétaires que sont les frais de fonctionnement et la masse salariale.

Investir pour répondre aux besoins d'aujourd'hui et de demain

Lors du premier plan triennal de cette mandature, nos plans annuels d'investissements furent ambitieux. Nos ambitions restent intactes et comprendront des investissements cruciaux dans des domaines aussi sensibles que la petite enfance, l'enseignement fondamental, la culture, le sport, l'espace public et par voies de conséquence la mobilité.

Au travers de nos investissements, il s’agit aussi de répondre à la croissance démographique qu’a connue Auderghem : +9% entre 2007 et 2012 et +1,6% depuis 2012. La population est de 32.988 habitants au 1 er novembre 2015.

Notre vision à trois ans offre la garantie de stabiliser, voire de diminuer, notre endettement.

  2016 2017 2018
Ratio d’endettement (dette totale/recettes ordinaires sur un an) 0,92 0,92 0,90

Nous dressons ici une liste indicative de nos priorités ne comprenant pas les maintenances et entretiens normaux du patrimoine communal. Elle pourra évidemment changer au gré des contingences et aléas inhérents à tout programme pluriannuel d'investissements publics.

  • Maison communale : Investissements URE, relighting de la Maison communale, réaménagement de l'étage -1 de la Maison communale ;
  • Centre culturel : salle des fêtes, ... ;
  • Rénovation des bâtiments communaux du site de Rouge-Cloître ;
  • Investissements dans l'infrastructure informatique ;
  • Remplacement du charroi et engins spéciaux ;
  • Rénovation des trottoirs et asphaltage comprenant des aménagements spécifiques de sécurité et favorisant la mobilité douce ;
  • Rénovation toiture du CS Marronniers ;
  • Finition et équipement de l'extension du CS Marronniers (120 élevés accueillis en plus) ;
  • Démolition/reconstruction de la Crèche Les Oursons avec une augmentation de 12 places ;
  • Construction et aménagement de la zone d'activité au Stade communal ;
  • Investissements pour la modernisation du CS Willegems : renouvellement de la toiture, réaménagement de l'accès par la rue des Villageois ;
  • Aménagement d’un terrain synthétique Football/Rugby au Stade communal  ;
  • Restauration de l’orgue de l’Eglise Sainte-Anne.
Programme d'investissement 2016 2017 2018
Crédits budgétaires d'engagement  [1] 4.712.200 4.500.000 4.500.000
Emprunts 3.197.000 3.100.000 3.100.000
Taux de subventionnement 7,29% 10% 10%

Soulignons que maintenir le niveau de nos investissements comme nous le faisons, c'est évidemment bon pour notre commune mais c'est une contribution à notre économie dont la relance repose aussi sur les investissements publics.

Un grand hôpital bientôt à Auderghem

La ville change, Auderghem change et les dynamiques qui s'y développent aussi. Un des changements les plus notables en matière d’équipement collectif sera l’installation d’un grand centre hospitalier sur notre territoire. Nous avons souhaité cette installation car l'arrivée du CHIREC, grand hôpital généraliste ultra-moderne assorti d'un SMUR, est constitutif de nombreuses opportunités.

Opportunité pour les Auderghemois de bénéficier d'une offre de soins de grande qualité et d'une prise en charge urgente plus rapide que jamais . Opportunité aussi en termes d'emploi via le recrutement prioritaire de Bruxellois pour les postes qui seront inévitablement créés. Notre Maison de l’Emploi, qui deviendra « Maison de l’Emploi et de la Formation », se positionnera pour devenir un acteur incontournable de ces recrutements. Le CHIREC, comme d’autres employeurs de la commune, sera partie prenante des Midis-Employeurs (voir infra), lieu et moment idéal pour fonder un réseau. Pour la commune, ces opportunités sont autant de défis. Nous devrons augmenter la taille de notre service Etat-Civil afin de répondre à l’inévitable augmentation d’actes qu’il faudra traiter. Notre salle des guichets se caractérise actuellement par l’absence d’interminables queues aux guichets souvent associées à l’image des administrations. Les engagements nécessaires et la rationalisation des procédures nous permettront de conserver cet accès facile à nos guichets, pour un meilleur service à la population.

Opportunité dans le cadre du développement du site Delta qui verra son développement se réaliser tout au long du boulevard du Triomphe comme prévu dans le PPAS établi par Auderghem. La Région devrait enfin préciser ses projets pour les terrains qu’elle contrôle, appelés Delta-Sud.

Opportunité et défi, enfin, en matière de mobilité, car l’arrivée d’une structure d’une telle ampleur va modifier les flux de trafic et il sera de notre devoir de continuer à maîtriser ceux-ci. L'hôpital est au bout de l'axe Delta-Léonard que nous souhaitons réorganiser profondément pour faire entrer Auderghem dans une nouvelle ère. Celle de la mobilité douce et d'un urbanisme équilibré.

Une vision pour notre développement territorial

On le répète, les destins régionaux et communaux sont intimement liés. Le développement territorial de la région ne peut se concevoir en dehors du développement des communes et inversement, celui des communes ne peut s’imaginer qu’en complémentarité avec les enjeux régionaux.

Dans son accord de majorité, la Région de Bruxelles-Capitale a retenu 10 nouveaux « pôles de développement territorial prioritaires ». Elle entend développer une stratégie globale et transversale pour faire progresser à court et moyen termes leurs possibilités de développement. Parmi ces quartiers, nous trouvons le pôle Delta-Souverain. La Commune d’Auderghem fera écho à la politique régionale, elle s’est d’ailleurs impliquée pour que ce périmètre soit aussi vaste que possible pour modifier le cœur de notre commune et encadrer toutes les initiatives à venir. Les finalités, poursuivies dès 2007 par la majorité communale, sont une amélioration considérable de notre cadre de vie. Les projets de long terme concernent un meilleur aménagement de l’entrée de ville comprenant un parking de dissuasion à proximité de Notre-Dame-au-Bois, la transformation de l’axe routier Léonard-Delta en boulevard urbain, l’amélioration du franchissement des voies de métro entre Demey et Beaulieu, l’urbanisation équilibrée du parking du Carrefour/Brico, l’aménagement du site Delta jouxtant le futur hôpital. Le tout doit contribuer à notre qualité de vie et à une mobilité douce et locale. Cette ambition comprend donc un développement significatif de l’offre de transport public (RER, liaison Hermann-Debroux / Notre-Dame-au Bois).

A plus court terme, d’autres projets verront le jour aux abords de l’axe Léonard-Delta comme une zone d’activités « verdurisée » près du Stade communal, l’amélioration en partenariat avec la Région de la déchetterie ainsi que l’aménagement de la chaussée de Wavre pour soulager les habitants les plus proches de l’autoroute des vitesses excessives et du bruit.

Une autre partie de la commune retiendra également l’attention toute particulière de la majorité : le quartier de la Chasse Royale. Les trois années à venir seront mises à profit pour accroître encore le mouvement d’amélioration du bâti et des abords en favorisant des projets immobiliers de qualité mixant la fonction de logement privé et public avec le commerce et des équipements collectifs (Le Pavillon, Maison des Jeunes, …).

On l’a compris, la collaboration entre les différents acteurs doit être active et forte, au profit du citoyen. Auderghem accepte sa part du travail et s’engage en ce sens à moderniser son règlement communal sur les bâtisses, en coordination avec la prochaine réforme du règlement régional d’urbanisme.

Ajoutons que la maîtrise de notre développement territorial, que le maintien et l’embellissement du bâti passent également par un travail de fourmi pour lutter sans cesse contre l’insalubrité, les bâtiments vides ou en infraction urbanistique. Ce travail sera prolongé, on le sait exemplaire à l’échelon régional.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Urbanisme 663.219,86 673.831,38 684.612,68

Mieux vivre ensemble

Mieux vivre ensemble et permettre à chacun de trouver sa place nécessite des mécanismes soutenus de solidarité au centre desquels on trouve le CPAS comme principal opérateur. Son financement sera assuré pour qu’il puisse répondre aux défis qu’il aura à relever. Les synergies avec la commune seront accrues notamment quant à la gestion des bâtiments, du charroi et des marchés publics seront passés conjointement chaque fois que c’est possible.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Subvention au CPAS 5.282.786,58 5.367.311,17 5.453.188,14
Autres dépenses sociales ou liées au CPAS 545.156,96 553.879,47 562.741,54

Mieux vivre ensemble, c’est aussi assurer la sécurité de tous nos concitoyens. Durant les trois premières années de cette mandature, la criminalité a baissé à Auderghem. Nous maintiendrons nos efforts pour qu’il en soit ainsi durant les trois prochaines années même si le désinvestissement de l’État fédéral dans la fonction de police est très préjudiciable.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Subvention à la zone de police 6.572.280,03 6.677.436,51 6.784.275,49
Autres dépenses de police 82.910 82.910 82.910

Dépôts clandestins, graffitis, chiens non-tenus en laisse, tapage diurne et nocturne, non-respect des injonctions des gardiens de la paix... Les amendes administratives visent tous ces comportements qui ne sont pas graves en tant que tels mais qui, accumulés, menacent le vivre ensemble. Ce que l’on recherche, avec les sanctions administratives communales, c’est le changement de comportement plus que la sanction pécuniaire, même si celle-ci est indispensable à la réalisation de l’objectif.

Pour maintenir une qualité de vie enviable, nous réaliserons des campagnes de sensibilisation contre ce type d’infractions et contre les incivilités en général. Pour plus d’efficacité, nous nous associerons avec la STIB lors de ses campagnes, les abords des stations de métro étant généralement les zones où le sentiment d’insécurité lié aux petites infractions est le plus fort.

Par ailleurs, une brigade cycliste sera créée au sein des gardiens de la paix afin d’assurer une mobilité en rapport avec les faits incriminés. Les moyens globaux de la prévention seront maintenus pour autant que les subventions octroyées en la matière soient elles aussi maintenues.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Prévention 1.411.208,71 1.439.432,88 1.468.221,54

La Maison de la Prévention et des Solidarités vient d’être créée au 1326/1328 chaussée de Wavre. Elle regroupe d’ores et déjà les services  de la cohésion sociale, les gardiens de la paix, la cellule « ESPAS » et la médiation sociale. En 2016, les services de l’action sociale et le service d’aide aux familles du CPAS rejoindront ce lieu.

Cette Maison de la Prévention et des Solidarités développera un accompagnement plus personnalisé des personnes âgées dans leurs démarches individuelles afin de leur permettre de rester dans leur environnement.

La Cellule éducative de la Maison de la Prévention (CEMPA) vient de créer une nouvelle équipe « de rue » : trois animateurs et deux éducateurs qui ont pour mission de couvrir l’ensemble du territoire auderghemois en allant à la rencontre des jeunes. Il s’agit d’établir une relation, de proposer des activités, et éventuellement de passer le relais aux éducateurs qui mettent alors en place un projet d’accompagnement personnalisé ou renvoient vers les autres services spécialisés. Une approche globale qui poursuit un seul but : désamorcer les problèmes en créant du lien. De façon générale et dans ce cadre, la Maison des Jeunes d’Auderghem restera un opérateur majeur.

D’autres initiatives importantes seront lancées pour contribuer à la cohésion sociale :

  • opérationnalisation de toutes les places de la halte-garderie ;
  • organisation d’une épicerie sociale ;
  • création d’un troisième restaurant social dans le quartier « Lambin » ;
  • développement des activités régulières Seniors pour lutter contre l’isolement ;
  • valorisation de l’Espace numérique pour les Seniors ;
  • création d’un guichet formation ;
  • développement d’un guichet « Info(R)-jeunes » où tout ce qui intéresse les jeunes sera traité : logement, aide sociale, possibilité de se lancer à son propre compte, démarches en matière d’emploi, … jusqu’à la possibilité de suivre un « parcours de citoyenneté » ;
  • organisation de rencontres sensibilisant les jeunes de 13 à 16 ans à la citoyenneté et au monde des adultes.

Parmi les défis les plus difficiles à rencontrer, nous trouvons le logement. Il n’y a pas de réponse unique en la matière. Les apports devront venir des différents niveaux de pouvoir. En tant qu'autorité communale, nous le savons, la production de logements publics ne suffit pas. Le secteur privé comme le secteur public devront être à pied d'œuvre. C’est pourquoi, Auderghem augmentera dans les trois ans à venir son parc de logements publics en :

  • créant 15 logements sociaux à destination de personnes âgées fragilisées ;
  • augmentant le nombre de logements gérés par la Régie foncière communale.

Une étude sur la création d’un centre de soins de jour sera menée, notamment avec les autorités compétentes. La maison sera spécialisée pour l’accueil de jour des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Régie foncière 790.500 806.300 822.436,20
Cohésion sociale 34.955 34.955 34.955
Coopération internationale, événements graves, etc. 51.891 3.000 3.000
Cultes 51.448,42 52.000 52.000

Une administration communale accueillante et proche des citoyens contribue au mieux vivre ensemble. Tout contact avec l’administration communale et l’ accès à l’information doivent être fluides et faciles pour le citoyen. La communication communale, interne et externe, doit être moderne et compréhensible.

Cela signifie une attention particulière portée sur 4 axes :

  • l’accueil physique ;
  • l’accueil téléphonique ;
  • la communication numérique (le site web, l’intranet, l’app mobile, les média sociaux, etc…) ;
  • les imprimés (le journal communal, les affiches, les modèles de documents officiels, les brochures, documents, communiqués, cartes de visite, etc….).

Les actions suivants seront menées :

  • amélioration de la salle des guichets ;
  • développement d’un système de réponse guidée du téléphone vers les différents départements ;
  • optimalisation de la coordination de la communication communale, du contenu des sites web interne et externe ;
  • organisation des workflows numériques et accroissement de la digitalisation des flux documentaires ;
  • organisation interne de tables de conversation en plusieurs langues ;
  • organisation de cours « langue administrative compréhensible ».
  2016 2017 2018
Salle des guichets 100/74151 24.000 - -
Formations du personnel 47.000 47.000 47.000

Mieux respecter l’environnement

De nombreuses pratiques de développement durable ont déjà cours à Auderghem. Nous avons eu l’occasion d’exposer l’ensemble de nos initiatives lors de différentes séances du conseil communal.

Dans les années à venir, ces pratiques seront pérennisées et coordonnées et d’autres seront conçues et mises en œuvre grâce à un Agenda 21.

Celui-ci est ventilé suivant diverses phases :

  • l'état des lieux : un état des lieux succinct de la commune au niveau social, économique et environnemental, tant en interne au niveau de l'administration que par rapport au territoire est la base pour l'élaboration d'un Agenda 21 ;
  • un diagnostic "light" : basé sur l’état des lieux, il permettra de déduire les enjeux prioritaires pour la commune, les objectifs et les priorités d’actions. Ces priorités doivent s’inscrire dans le cadre des Engagements d’Aalborg;
  • le Plan d'action : constitué d'un programme d’actions cohérent planifiées à moyen / long terme, ce Plan d'actions sera officiellement approuvé par le Collège en 2016 ;
  • l'évaluation et la mise à jour : des outils de suivi et d’évaluation doivent être définis dès le début de l'élaboration du Plan d'actions.

Le champ d’action des projets à développer concerne les principes repris dans les Engagements d’Aalborg auxquels la Commune a souscrit.

Budget de l'agenda 21
Dépenses
Engagement d’un chargé de mission A21L (niveau B) 40.000
Expertise externe en matière de participation et d’éco-management 10.000
Frais de fonctionnement et équipement de bureau, informatique, … 2.000
Communication (dépliants, affiches, annonces, …) 3.000
Total Dépenses 55.000
Recettes
Subside de la Région de Bruxelles-Capitale 50.000
Contribution communale 5.000
Total Recettes 55.000

En matière de propreté publique, Auderghem, pionnière en ce qui concerne la généralisation de l’utilisation des poubelles rigides et le ramassage des déchets organiques, continuera à encourager les habitants à faire usage de ces bonnes pratiques. Parallèlement, un programme d’enfouissement des bulles à verre sera établi et les premières bulles de ce type placées.

Il est par ailleurs prévu de céder la déchetterie à la Région de Bruxelles-Capitale afin d’en améliorer le fonctionnement et accroître encore la qualité du recyclage sur la commune.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Propreté publique 1.587.554,88 1.611.368,20 1.635.538,73
Espace vert 662.465,36 673.064,86 683.833,84

Le site de Rouge-Cloître est idéal pour rencontrer la nature. C’est pourquoi, l’objectif est de finaliser la rénovation du site. Une première étape est franchie par la désignation d’un bureau d’architecture  qui introduira en 2016 les demandes de permis et établira le cahier des charges pour la rénovation des écuries, des classes de nature et des ateliers d’artistes. Les travaux seront réalisés sous ce triennat. Une partie de l’animation du site dans ses dimensions pédagogiques et sociale par l’asbl « Cheval et Forêt » sera confortée.

Enfin, parce que nous souhaitons aménager le territoire de façon durable, nous réaliserons le plan lumière communal à l’occasion des projets de renouvellement de l’éclairage public et nous intégrerons sur le site vert du Stade communal une zone d’activités avec hangars (stockage) indispensable pour le bon fonctionnement des services de la voirie. Le permis d’urbanisme de cette infrastructure a été délivré et l’investissement est estimé à 800.000 euros.

Mieux se déplacer... et stationner

Auderghem entend basculer peu à peu dans la mobilité douce. Notre réseau cyclable, symbolisé par la promenade verte, est déjà excellent et va encore s’étoffer avec le développement d’un réseau de stationnement pour les vélos. Neuf « vélobox » répartis dans les quartiers seront mis à disposition début 2016 et en termes de budget, 25 dispositifs supplémentaires de ce type seront installés entre 2016 et 2018.

Le réseau de vélos partagés (Villo) existant sera évalué, amélioré, voire renforcé. Parce que la commune doit montrer l'exemple, les services communaux acquerront des vélos électriques.

  2016 2017 2018
Budget extraordinaire Vélobox 20.000 20.000 20.000
Achat de vélos électriques 3.000 3.000 3.000

La mobilité douce sera aussi l’un de nos premiers arguments dans notre travail permanent de sensibilisation au réaménagement de l’entrée de ville, via Herrmann-Debroux. Nous l’avons dit et nous le répéterons tant qu’il le faudra : nous ne voulons plus de cette autoroute qui coupe notre territoire, nous voulons à la place un boulevard qui profite à tous les utilisateurs, quels que soient leurs modes de déplacements et qui puisse s’inscrire dans le tissu urbain sans le défigurer.

C’est la raison pour laquelle nous contestons l’installation de parking pour navetteurs, tel celui de 300 places voulu par Bruxelles Environnement, et c’est pourquoi nous nous opposerons à toute politique de mutualisation des grands parkings dont les permis d’environnement arriveront à échéance si cette mutualisation sanctuarise des parkings pour navetteurs. Si mutualisation il y a, elle profitera aux Auderghemois et au commerce local afin de soulager les difficultés grandissantes de stationnement. Il s’agira aussi de multiplier les sites réservés aux voitures partagées, en mettant totalement en œuvre les propositions figurant au plan d’action communal de stationnement.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Espace public 2.018.436,71 2.048.713,26 2.079.443,96

La mise en œuvre du plan de stationnement doit nous permettre :

  • d’améliorer la mobilité sur le territoire, en rééquilibrant l’utilisation de la voirie publique via le renfort des fonctions autres que le stationnement,
  • de simplifier la situation du stationnement en Région bruxelloise par l’harmonisation et par une meilleure gestion des infractions, des problèmes de livraison ou du stationnement pour les alternatives au transport motorisé individuel. Cette mise en œuvre se prolongera par l’accroissement des zones 30 (finalisation du Plan zones 30) et par l’élaboration d’un plan de déploiement des infrastructures pour une mobilité douce.

Le stationnement réglementé devra aussi être contrôlé. Là aussi, l’utilisation à bon escient des technologies nous permettra de rationaliser les tâches. Les cartes de riverains virtuelles permettent d’augmenter l’efficacité des contrôles et leur renouvellement est plus facile. Nous les généraliserons donc à l’ensemble des utilisateurs.

Logiciels de gestion du stationnement 2016 2017 2018
Maintenance SYGMAX 20.328 20.328 20.328
Maintenance MOBILFOR 14.520 14.520 14.520

Un baromètre sera mis en place afin de confronter le parc automobile auderghemois aux places disponibles en voirie et des initiatives fortes seront adoptées pour maîtriser les incidences dommageables de la navette automobile. Une attention particulière sera portée aux heures de pointe, au stationnement sans carte de riverain, aux carrousels au disque de stationnement (organisation visant à manipuler les disques de 2h en 2h pour stationner la journée entière) et au stationnement dans les zones commerciales.

En ce qui concerne les transports en commun, nous maintiendrons un dialogue continu avec les sociétés de transport public afin de garantir la desserte de l’ensemble des quartiers de la commune.

Enfin, la rénovation des voiries et trottoirs, qui relève du programme d’investissement, apportera sa contribution à un aménagement doux de l’espace public. L’ensemble des projets en cours, et qui couvriront les trois prochaines années, avoisine les 4 millions d’euros.

Mieux grandir et mieux apprendre

La qualité de vie passe nécessairement par l'accueil de nos petits, par l’éducation, par l’école et par l’encadrement scolaire. Les difficultés qu’un enfant peut rencontrer dans son parcours scolaire sont l’affaire de tous et des solutions d’accompagnement doivent être proposées aux parents qui en font la demande. Voilà pourquoi nous allons d’une part développer une quatrième école des devoirs et d’autre part continuer à lutter contre l’absentéisme et contre le décrochage scolaire. L’initiative Ricochet, qui aide les jeunes exclus de l’école à rebondir et à ne pas retomber indéfiniment dans les mêmes travers sera étendue à l’accueil d’élèves harcelés, exclus ou s’excluant de l’école.

Notre rôle d’encadrement se matérialisera encore par la poursuite des investissements dans l’infrastructure scolaire. Nous poursuivrons la rénovation et l’extension de Centre scolaire « Les Marronniers ». L’extension sera accompagnée par le recrutement d’enseignants qui, avec les classes supplémentaires créées, investiront les nouveaux locaux. Notre volonté est de maintenir un encadrement scolaire de qualité (maximum 20 élèves par classe en moyenne) pour tous les âges. Nous rénoverons et accroîtrons la capacité de la crèche « Les Oursons » à 60 places.

  2016 2017 2018
Rénovation « Les Oursons » 212.000 1.288.000 -

Aider les élèves dans leur parcours scolaire nécessite de savoir où ils en sont et ce qu’il en est de la continuité de l’apprentissage. Le monitoring existant en 2 ème et en 4 ème primaire sera maintenu et étendu à la 3 ème maternelle. Des moyens supplémentaires pour la remédiation et pour créer des groupes de langage afin d’accélérer l’acquisition de la langue française seront mobilisés. Nous poursuivons l’investissement technologique afin d’équiper toutes nos écoles de TBI (tableaux blancs interactifs).

En collaboration étroite avec le Service de l’Emploi et le CPAS, le Service de la Petite Enfance et le Service de l’Enseignement lanceront un projet pilote de formation pour « Accueillant(e)s d’enfants ». Ceci est une alternative réelle que nous allons développer pour répondre au manque de places pour nos bambins (0-3 ans) en région bruxelloise.

Le projet pilote de langage des signes de la crèche « Les Mômes » sera pérennisé et au vu des améliorations des capacités d’expression des enfants qu’il amène, nous chercherons à l’étendre à d’autres crèches communales.

Pour les plus grands et dans un souci constant d’allier enseignement, emploi et formation (cfr. supra) nous proposerons aux écoles secondaires présentes sur la commune d’adopter notre « projet d’orientation du jeune » destiné aux élèves en dernière année d’humanité ; il a pour but de les aider dans leurs choix professionnels et leur choix d’études. Ce projet sera étalé sur toute la dernière année et comprendra des étapes et un timing précis. Chaque élève sera invité par ses professeurs à se renseigner sur le ou les secteurs d’activités qui pourrai(en)t l’intéresser (avec rencontres d’étudiants ou de diplômés, de professionnels du secteur, identification des écoles ou facultés dispensant les formations retenues, durée des études, présence à des journées portes-ouvertes, identification des compétences requises etc). Chaque établissement sera bien entendu libre de collaborer/adhérer à ce projet et de l’adapter à son public. Nous proposerons des actions telles que soirées « carrière », stages ou parcours en entreprises pour venir en appui à ce projet d’un point de vue pratique.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Enseignement 11.856.658,00 12.046.364,5 12.239.106,40
Petite enfance 2.478.939,75 2.488.404,18 2.528.218,65

En 2016, les recettes de transfert couvrent 57,45% des dépenses d'enseignement et 66,74% des dépenses de petite enfance (estimation novembre 2015)

Mieux se préparer à l’emploi

Il y a trois ans, nous faisions le constat de la paupérisation de Bruxelles : « Ce qui menace nos communes, c’est l’explosion de la précarité qui reste l’antichambre de la pauvreté ». Aujourd’hui encore, la formation, la qualification et l’intégration citoyenne sont au cœur de nos préoccupations politiques. Une collaboration active et soutenue entre les acteurs de la Maison de l’Emploi [2] a été mise sur pied pendant la première partie de la législature nous permettant de mener à bien de nombreux projets.

La première étape d’une nouvelle façon transversale de travailler ensemble nous invitant à avoir une vision plus globale et à développer une stratégie d’ensemble en matière d’enseignement, d’emploi et de formation, sera de transformer notre MDE (Maison de l’Emploi) en MEF (Maison de l’Emploi et de la Formation) en :

  • concrétisant le guichet « formation » mentionné plus haut, les formations offertes/dispensées  par l’ALE à son public cible, les synergies à développer avec l’IAPS, la valorisation de l’expérience professionnelle acquise par les travailleurs sous article 60§7 lors de leur mise à disposition dans les structures communales grâce à un projet pilote mené avec l’ALE et le CPAS, le renouvellement, au-delà du Printemps de l’Emploi, des ateliers formatifs qui, après évaluation, se sont avérés les plus pertinents, la promotion de l’apprentissage des langues au public de notre MDE, notamment à l’IAPS ;
  • en ciblant plus particulièrement les personnes en décrochage complet de la réalité du travail, les diplômés de l’enseignement supérieur ou universitaire durablement sans emploi, les chefs de famille monoparentale, les nouvellement exclus des allocations de chômage ;
  • en privilégiant le recrutement des Bruxellois via la MEF, tant pour l’administration que pour les employeurs privés présents sur le territoire ;
  • en réservant des places à la halte-garderie communale pour soulager les demandeurs d’emploi ;
  • en mettant sur pied une base de données pour les offres et demandes d’emplois , de stages et de jobs étudiants ;
  • en venant en soutien aux établissements secondaires dans leurs projets d’orientation des jeunes en rhétorique (soutien aux soirées carrière par exemple) ;
  • en créant des lieux privilégiés de rencontres grâce à l’opération des Midis – Employeurs, occasion idéale pour fonder un réseau, échanger des informations et créer des synergies entre les acteurs publics et le secteur privé.

Mieux promouvoir le commerce local et les circuits courts

Avec les leviers dont nous disposons pour agir en matière économique, nous continuerons, dans la mesure de nos possibilités à :

  • promouvoir toutes les initiatives pour valoriser le commerce local auprès de nos habitants ;
  • maintenir un lien étroit avec les commerçants pour connaître leurs difficultés & besoins ;
  • organiser des acti-festivités avec les commerçants faisant vivre leurs quartiers ;collaborer avec les structures supracommunales (convention-cadre avec Atrium, UCM…) pour aider les commerçants à faire face aux difficultés et à s'adapter aux changements de l’environnement économique ;
  • acheter local dans le respect des marchés publics ,
  • agir pour pérenniser l'activité économique sur la commune ;
  • promouvoir le circuit court en organisant 2 fois par an un salon du bio et des producteurs locaux ;
  • instaurer des places de stationnement à rotation rapide dans les zones commerciales.
Budget ordinaire 2016 2017 2018
Commerce et emploi 199.954 203.153,26 206.403,72

Plus de culture et de sport

« Assurer le bouillonnement culturel » autour de nos différents pôles culturels (Centre culturel, Centre d’art du Rouge-Cloître, Académie Franz Constant, Den Dam et vie associative) reste notre priorité. L’offre culturelle sera consolidée et coordonnée. De nouveaux contenus sous format papier et web seront produits pour donner un éclairage à l’histoire et au patrimoine de la commune.  Le Centre culturel s’ouvrira plus encore aux Auderghemois et aux associations locales. Celui-ci fera rapport à la commune de son ouverture aux acteurs locaux.

Nous favoriserons les collaborations entre bibliothèques francophones et néerlandophone via des actions dans les deux langues, diverses collaborations comme l’installation de boîtes à livres. Nous prévoyons une amélioration de l’accessibilité des ludothèques et bibliothèques.

La majorité veut par ailleurs accroître la diversification de l’offre de sports, raison pour laquelle un accent particulier sera mis sur les investissements. Auderghem confortera sa première place de commune bruxelloise disposant du nombre le plus important d’infrastructures de sport pour 10.000 habitants [3] .

Nous prévoyons les investissements suivants, parfois dépendants de l’obtention de subventions :

  • rénovation/transformation de la toiture du Centre Sportif communal ;
  • amélioration de l’acoustique au Gymnasium ;
  • aménagement de terrains synthétiques pour accroître la pratique sportive (football, hockey, rugby et frisbee) ;
  • aménagement de vestiaires supplémentaires au stade communal.

Pour le sport, une enveloppe totale d’approximativement 2.000.000 euros, comprenant les subventions, sera répartie sur la durée du plan triennal. Nous privilégierons également les projets de développement du sport féminin.

Pour nous donner toutes les chances de réussir, nous répondrons aux propositions de subventionnement par la Région de petites infrastructures sportives accessibles à tous dans l’espace public (pétanque, musculation et exercices physiques,…)

Nous développerons nos liens avec le Centre Sportif de la Forêt de Soignes en vue du renforcement du hockey, du tennis en toutes saisons et du Padel.

Budget ordinaire 2016 2017 2018
Culture 663.199,17 676.463,15 689.992,42
Bibliothèques et ludothèques 585.043,94 594.404,64 603.915,12
Jeunesse 499.611,44 507.105,61 514.712,20
Sports 1.376.539,5 1.398.564,13 1.420.941,16

Pour sa part, le plan « lokaal cultuurbeleid 2014-2018 » sera exécuté comme il a été voté en Conseil communal.

Budget ordinaire (part communale) 2016 2017 2018
Cultuurbeleid 0 1.000 1.500
bib 85.000 85.000 85.000
Den Dam 10.000 12.500 12.500
Jeugdhuis 2.500 2.500 2.500

Auderghem répond au défi démographique

Bruxelles fait face à de nombreux défis : tenir son rang de capitale internationale, améliorer son attractivité, défendre son statut dans le magma institutionnel belge, assurer sa cohésion sociale et territoriale caractérisée par une diversité vectrice d’atouts mais aussi de difficultés, lutter contre sa paupérisation et s’inscrire dans une économie durable. Les communes ont un rôle déterminant à jouer pour relever ces défis car la proximité est indispensable à la compréhension des réalités de terrain et des besoins sociaux par les pouvoirs publics.

Le pouvoir communal est le meilleur relais des Bruxellois.

Parmi tous ces défis, l’accroissement démographique, alimenté par les soldes migratoires et l’allongement de la vie génère d’importants besoins nouveaux. Ils sont immédiats, complexes et diversifiés.

Ce plan triennal 2016-2018, comme son prédécesseur, égrène de nombreuses initiatives qui répondront à la croissance démographique et aux attentes des Auderghemois quels qu’ils soient. Notre commune a pleinement pris la mesure des défis à relever et notre majorité n’a pas attendu que les conséquences du défi démographique se fassent sentir pour agir comme en attestent nos investissements passés et futurs.



[1] Crédits d’engagements fondés sur les moyens propres de la commune.

[2]     CPAS, service Emploi, ALE, Actiris.

[3]     38 infrastructures pour 10.000 habitants selon le cadastre du sport en RBC (2012).