Histoire et patrimoine

350 personnes à la séance d’infos auderghemoise. Oui, le PRDD intéresse les Bruxellois !

Plus de 350 personnes ont assisté à la séance d’information organisée hier soir par la commune d’Auderghem. Alain Lefebvre, échevin de l’Urbanisme : «  D’aucuns se plaignent du manque d’intérêt des Bruxellois pour le PRDD. Manifestement, ce n’est pas le cas à Auderghem où la commune a fait l’effort d’informer elle-même ses habitants » .

Pour Christophe Magdalijns, bourgmestre faisant fonction, le succès de cette séance montre que les communes sont les mieux à même de toucher les populations locales, de les entendre et de défendre leurs aspirations : «  Cela démontre clairement que les communes doivent rester le lieu où se décide le développement territorial local  ». Une deuxième séance d’information sera organisée le mardi 28 février.

La séance d’information sur le PRDD organisée ce mercredi 22 février par la commune d’Auderghem a mobilisé plus de 500 personnes. Environ 150 d’entre elles n’ont pu y assister faute de place dans la salle du Conseil communal. Celles-ci ont été invitées à une deuxième séance qui aura lieu le 28 février à 20h.

«  La commune a pris soin d’informer elle-même la population auderghemoise de la tenue de l’enquête publique sur le PRDD  », explique Alain Lefebvre, échevin de l’Urbanisme et de l’Environnement. «  Nous avons distribué un avis dans les 17.000 boîtes-aux-lettres de la commune et organisé une communication digitale spécifique. Très vite, on s’est rendu compte de l’intérêt suscité : les pages consacrées au PRDD sur le site Internet communal ont enregistré près de 2.500 visites, avec des temps de consultation qui frisent les 10 minutes !  »

Lors de la séance d’information, Christophe Magdalijns et Alain Lefebvre ont présenté les grands enjeux du PRDD ainsi que ses implications potentielles pour Auderghem. Au terme de la présentation, les participants ont posé de nombreuses questions.

Au centre des préoccupations : le développement territorial tel que souhaité par le projet de PRDD. « La volonté affichée de densifier Auderghem ne passe pas  », constate Alain Lefebvre. «  Le concept de tours iconiques groupées à Delta et isolées le long du boulevard du Souverain suscite aussi un fort sentiment de rejet. Les Auderghemois tiennent au caractère convivial de leur commun e ».

Autre sujet d’interrogation : l’avenir de la E411. Contrairement aux autres axes autoroutiers pénétrants, le projet de PRDD est ambigu sur les intentions régionales quant au viaduc Herrmann-Debroux. Il parle de « neutralisation » et non de remplacement par un boulevard urbain. La volonté de créer un centre logistique à Delta pour organiser des livraisons aux commerces de la ville est également perçue comme une contradiction avec la nécessité de limiter le trafic.

22.02.2017 - séance info PRDD

«  Nous avons en revanche constaté une forte demande pour que la Région agisse rapidement afin d’atténuer la pression automobile », poursuit Christophe Magdalijns. « Les Auderghemois subissent de plein fouet la navette entrante. Ils sont légitimement inquiets pour leur qualité de vie et pour leur santé. Pour nous, il est plus que temps que la Région développe une offre crédible de parkings de dissuasion dès le carrefour Léonard, doublée d’une offre de transport en commun rapide et attractive entre ces parkings et la ville  ».

Pour répondre au « défi de la croissance démographique », le PRDD fait le choix de la densification. Pour cela il énonce cinq critères de densification : l’accessibilité en transport public, la distance entre les fronts bâtis, le respect du patrimoine architectural, la présence suffisante d’espaces verts et la taille des parcelles et des îlots. Cinq critères qui font d’Auderghem une cible toute trouvée pour satisfaire les velléités régionales de densification.

«  Avec le PRDD, la Région se fait le comptable de la croissance démographique  », déplore Christophe Magdalijns. «  La seule question que le PRDD pose, c’est «  comment absorber cette croissance  ». Mais jamais il ne pose la question de savoir comment la gérer.  Or c’est là que se situe le véritable enjeu. Les participants à la séance d’information l’ont d’ailleurs bien saisi : ils ne comprennent pas que la Région réfléchisse uniquement à l’intérieur de ses frontières ».

Pour Christophe Magdalijns et Alain Lefebvre, la densification telle que proposée par le projet régional, c’est… non ! «  Nous partageons les craintes qui ont été exprimées. Dans l’avis qui sera rendu par le Collège, nous soutiendrons les aspirations des Auderghemois  ».

La commune mettra prochainement en ligne sur son site Internet un formulaire qui permettra aux Auderghemois de réagir et de rendre un avis sur le PRDD en quelques minutes à peine. Ceux qui souhaitent recevoir ce formulaire peuvent d’ores et déjà s’inscrire . (Update : le formulaire est en ligne. Donnez votre avis en quelques clics )

 

« Les communes doivent rester le lieu où se décide le développement territorial local »

Pour Christophe Magdalijns et Alain Lefebvre, le succès de la séance d’information auderghemoise face au faible intérêt généré par le dispositif d’enquête publique régional démontre que les communes sont le mieux à même de toucher les populations locales. «  Avec cette enquête publique, la Région a apporté la preuve que le développement territorial local doit rester une compétence des communes. Elles sont les seules capables d’assurer le lien avec les habitants, d’entendre leurs aspirations et de les défendre.  », concluent-ils.