News

Retour aux news

Besoin d’un test coronavirus ?

 

Communiqué de presse Commissariat Corona du Gouvernement - 29.10.2021

 

Les médecins généralistes sont aujourd’hui submergés de questions sur les tests COVID. Ils n’ont donc plus assez de temps pour assurer les soins habituels. Un certain nombre de mesures ont dès lors été prises pour alléger leur charge de travail. Si vous avez eu un contact à haut risque avec une personne contaminée, il est préférable d’attendre de recevoir un code de test par téléphone, SMS ou e-mail. Et si vous avez des symptômes, vous pouvez vérifier vous-même en ligne à partir de la semaine prochaine si vous devez vous faire tester et/ou consulter un médecin généraliste. Il n’est donc pas nécessaire d’appeler ni de consulter votre médecin généraliste à ce sujet.

Pourquoi les tests sont et restent importants

Pour suivre au plus près cette pandémie, il est important de continuer à faire des tests. De cette manière, nous pouvons suivre l’évolution du nombre de contaminations et adapter les mesures de protection de la santé publique. Les tests sont également importants pour se protéger mutuellement : les personnes contaminées qui ne se sentent pas malades peuvent, sans le savoir, rendre gravement malades des membres vulnérables de leur famille. C’est aussi la raison pour laquelle on vous contacte après un contact à haut risque en vous demandant de vous faire tester, même si vous êtes vacciné. En effet, grâce à la vaccination, de nombreuses personnes ne présentent pas de symptômes, mais peuvent tout de même être contagieuses.

Cependant, en raison du nombre croissant de contaminations ces derniers jours, le nombre de tests a énormément augmenté. Plus de 400.000 tests sont actuellement réalisés chaque semaine, ce qui, les jours de pointe, représente 75 000 à 80 000 tests. Cela crée une lourde charge de travail pour les médecins généralistes, qui sont submergés de demandes de tests. Les gens sont souvent impatients et parfois même agressifs dans ce cadre. Un certain nombre de mesures ont donc été prises pour alléger la charge de travail des médecins afin de ne pas compromettre les soins habituels aux patients.

Avez-vous eu un contact à haut risque ? N’appelez pas votre médecin généraliste, mais attendez de recevoir votre code de test

Si vous êtes entré en contact avec une personne contaminée, pendant plus de 15 minutes et à une distance de 1,5 mètre, vous avez eu un « contact à haut risque ». Si la personne contaminée a transmis vos coordonnées au suivi contact, vous serez averti de ce contact par les personnes chargées du suivi contact, ou via le PSE, si le contact a eu lieu à l’école. Vous êtes informé par téléphone, par SMS ou par e-mail. Vous recevrez ensuite un code de test, avec lequel vous pourrez prendre un rendez-vous dans un centre de test.

Cependant, en raison du pic de contaminations, cela peut prendre un peu plus de temps. Si vous êtes déjà au courant du contact à risque, par exemple parce que la personne contaminée vous a informé elle-même, ne contactez PAS votre médecin généraliste, mais demandez à la personne contaminée de transmettre vos coordonnées au suivi contact. Ce n’est qu’à ce moment-là que vous recevrez un code de test du suivi contact, avec lequel vous pourrez prendre rendez-vous dans un centre de test. Entre-temps, limitez autant que possible vos contacts et portez un masque buccal. Vous pouvez également passer un autotest, que vous pouvez acheter chez un pharmacien. Cet autotest ne remplace pas un test PCR. Veillez donc à faire un test dans un centre de test ou un laboratoire.

Contactez vous-même les personnes chargées du suivi contact (02/214.19.19) en cas de contamination, d’autotest positif ou de Corona alert rouge.

Si votre autotest est positif, vous devez être mis en quarantaine dans l’attente de votre test PCR. N’oubliez pas d’informer le suivi contact via le 02/214.19.19 de vos derniers contacts. Vous devez également contacter ce suivi contact si l’écran de votre application Corona alert devient rouge. Ce n’est que de cette manière que l’on pourra cartographier la pandémie et protéger le plus grand nombre de personnes possible.

Outil d’auto-évaluation pour les personnes présentant des symptômes

Dans le courant de la semaine prochaine, les personnes présentant des symptômes (par exemple, toux, fièvre, mal de gorge, maux de tête, perte de goût ou d’odorat, …) pourront savoir, de manière anonyme et par le biais de questions simples en ligne, si elles doivent se faire tester. Si c’est le cas, elles peuvent créer un code de test, avec lequel elles peuvent ensuite prendre rendez-vous dans un centre de test, un laboratoire ou chez un pharmacien. Les personnes présentant un risque plus élevé (par exemple, les femmes enceintes, les personnes souffrant de diabète, de maladies cardiaques, rénales, hépatiques ou pulmonaires, les patients atteints de cancer, etc.) doivent consulter leur médecin.

Test des voyageurs de retour au pays par les pharmaciens

En outre, les pharmaciens seront bientôt en mesure de tester les voyageurs de retour au pays avec et sans symptômes.

Ces mesures devraient réduire la charge de travail des médecins généralistes, leur permettant ainsi de consacrer à nouveau plus de temps aux soins habituels à l’ensemble de leurs patients, y compris ceux qui n’ont pas le COVID.

 

Coronavirus COVID-19 - Toutes nos infos