News

Retour aux news

Qu’en est-il de l’état de santé de la population en 2023 ?

Sciensano organise la 7e enquête nationale de santé pour répondre à cette question !

Dès le mois de février, environ 200 intervieweurs se rendront dans 6.000 ménages répartis dans tout le pays, pour les interroger sur leur santé et leur mode de vie. Sciensano répète cette enquête à grande échelle tous les 5 ans, ce qui donne un bon aperçu de l’évolution des principaux problèmes de santé dans la population. Ce sont des informations d’une très grande valeur qui permettent aux chercheurs de conseiller les politiques en vue d’améliorer certains aspects de la santé publique.

Les 6.000 ménages sélectionnés au hasard recevront au cours de cette année une invitation par la poste pour participer à l’enquête nationale de santé. Dans le mois qui suit, ils recevront la visite d’un intervieweur de Statbel, l’Office belge de statistique, destinée à fixer une date pour l’interview. Il ou elle interrogera tous les membres du ménage, avec un maximum de 4 personnes. Ce faisant, l’enquête de santé récolte des informations auprès de plus de 10.000 participants sur un large éventail de thèmes de santé : la santé physique et mentale, le mode de vie, l’utilisation des services de santé, etc.

Stefaan Demarest, chef de projet chez Sciensano : “ L’enquête nationale de santé a une longue histoire, avec une première édition en 1997. Cette 7e édition sera la première enquête à grande échelle après la crise du COVID-19. Cela nous permettra de comparer l’état de santé de la population avec la situation avant l’épidémie, puisque nous disposons de telles informations pour 2018. ”  

La collecte de données couvrira une année civile complète, à savoir jusqu’en février 2024. Les données collectées seront analysées de manière anonyme dans le courant de 2024 et les premiers résultats sont attendus pour la fin de cette année-là.

Nous espérons que tous les ménages ayant reçu une invitation pour l’enquête seront enthousiastes d’y participer et de contribuer ainsi à définir la politique sanitaire des prochaines années. Plus nous collectons de données, meilleure est l’idée que nous aurons des principaux risques sanitaires et au mieux nous pourrons conseiller les autorités publiques. Nous garantissons également que nous traitons toutes les données confidentiellement ”, explique Rana Charafeddine, chercheuse chez Sciensano.

Les ménages invités à participer à l’enquête peuvent trouver plus d’informations à ce sujet sur le site web de l’enquête de santé.