News

Retour aux news

Le château des Trois Fontaines sauvé de la ruine ?

Il est le dernier témoin des anciens castels de notre pays

Sa valeur historique n’a rien à envier à l’abbaye de Rouge-Cloître, au Prieuré de Val Duchesse ou à la Chapelle Sainte-Anne. Et pourtant... Classé depuis 1986, le château des Trois Fontaines n’a fait l’objet d’aucun travaux d’entretien depuis les années 70. Résultat : la structure même du bâtiment est aujourd’hui menacée. Interpellée, la Région promet d’intervenir. Enfin.

C’est une avancée appréciable dans un dossier qui s’annonçait pourtant difficile...

Interpellée par les Amis de la Forêt de Soignes et par la commune, mise sous pression par une pétition , la Région s’est engagée à rénover les château des Trois Fontaines. ”Nous venons de recevoir un courrier du ministre-président”, se réjouit le bourgmestre faisant fonction. ”Il nous répond que la Région va lancer un marché public pour réaliser les études préalables à un programme de rénovation”.

Caché au milieu des arbres derrière le centre sportif de la Forêt de Soignes, le château des Trois Fontaines est le dernier témoin des anciens castels de notre pays. Construit au 14e siècle, il fut tour à tour pavillon de chasse des Ducs de Brabant, résidence des gruyers (ou maîtres des garennes) et prison forestière où on enfermait brigands, braconniers et autres voleurs de bois. Sa façade, sa cheminée gothique, ses cachots sont uniques en leur genre.
Malgré sa valeur historique et patrimoniale indiscutable, la bâtisse a été laissée à l’abandon pendant des années par son ancien gestionnaire, l’IBGE. Mi-septembre, les Amis de la Forêt de Soignes ont lancé une pétition en ligne, soutenus par le commune. ”Nous avons mené un examen qui a révélé d’importants problèmes d’humidité ainsi que la dégradation de la structure interne. Il est vraiment urgent d’intervenir et j’espère que la Région honorera rapidement ses engagements”.

Mais la commune souhaite aller plus loin. ”Nous voulons un vrai projet pour ce bâtiment exceptionnel qui doit redevenir accessible au public”. Affaire à suivre donc...
 

L'Auderghemois n°86 (Novembre - Décembre 2014)