News

Retour aux news

Pour mesurer le sentiment d'insécurité lié au genre

 

Des marches exploratoires avant un plan d'actions

C’est un sujet brûlant d’actualité. La Maison de la Prévention a décidé de lancer une vaste réflexion sur le sentiment de sécurité lié au genre dans l’espace public auderghemois. Une première sans tabous ni préjugés qui vise à apporter des solutions à un phénomène encore (trop) mal (re)connu.

Harcèlement de rue, sexisme mais aussi propreté ou éclairage public… Les entraves à la liberté de circulation des femmes dans l’espace public sont une réalité. Mais comment les identifier? Et surtout comment les résoudre ? "Avec le service Égalité des chances, nous avons décidé de mener une vaste réflexion qui devrait donner lieu à toute une série d'actions à partir de 2022", explique Mélissa Goedgezelschap, évaluatrice interne à la Maison de la Prévention. Au menu : un questionnaire ouvert à toute la population, ensuite des marches exploratoires, un audit, des formations et enfin un plan d'actions. "Les marches exploratoires sont un excellent outil d’analyse du territoire : des groupes de femmes arpentent les rues et les parcs en réalisant une évaluation critique de l’environnement urbain. À ce stade, nous envisageons de les organiser sous trois thématiques : la sécurité, la mobilité et la convivialité”.

S’ensuivra une phase d’analyse qui permettra de localiser les zones sensibles. "On ne peut pas préjuger des résultats de cette étude mais en fonction des résultats de l’audit, nous apporterons des réponses ciblées comme le renforcement local des rondes de gardiens de la Paix ou l’installation d’aménagements urbains adaptés". L'opération devrait débuter par la diffusion du questionnaire au 4e trimestre de cette année.