News

Retour aux news

Pollution : Auderghem réclame une étude sanitaire sur le viaduc


À Paris, des mesures montrent qu’à proximité des axes routiers importants, les concentrations de polluants sont jusqu’à 4 fois supérieures... Particulièrement exposée par la présence du viaduc E411, la commune a décidé d’interpeller officiellement la Région bruxelloise et l'État fédéral.

La demande est désormais officielle. Auderghem réclame une étude sanitaire pour mesurer l’impact du viaduc sur la santé des Auderghemois.

"Depuis plus de 5 ans, les études se multiplient, l’OMS tire la sonnette d’alarme et l’Europe accumule les rapports", constate le bourgmestre faisant fonction. "Aujourd'hui, plus personne ne peut nier que la pollution a un impact sur la santé et qu'elle réduit l'espérance de vie. Mais on a l’impression qu’en Belgique, personne ne mesure la gravité de la situation. Ceux qui devraient agir ne font rien ou se contentent de demi-mesures". Et le bourgmestre de rappeler que le 30 mai 2016, la Commission européenne a engagé des poursuites contre la Belgique au motif qu’elle dissimulerait l’ampleur du problème de la pollution atmosphérique à Bruxelles...
"Des mesures réalisées par Airparif en région parisienne montrent qu’à proximité d’axes routiers importants, les niveaux de polluants moyens annuels sont jusqu’à quatre fois supérieurs aux niveaux observés en situation de fond", poursuit-il. "C’est pour toutes ces raisons que nous voulons qu’une étude indépendante évalue l'im-pact du viaduc sur la santé des Auderghemois.
Mais Auderghem va plus loin. Dans la motion votée par le Conseil communal, la commune réclame la mise en place de mesures d’urgence en cas de pic de pollution ou de pic d'ozone et cela, dès le seuil d’information. "Nous devons avoir le courage d’imposer une réduction de la vitesse voire de prendre des mesures de limitation ou même de restriction sévère de la circulation en cas de pics de pollution. On sait que ces pics ont des conséquences graves sur la santé. Aujourd'hui, ne rien faire s’apparente à de la non-assistance à personne en danger".

Dans le cas où ses demandes ne seraient pas suivies d'effet, la commune envisage de mener différentes actions. Affaire à suivre...