Administration & politique

Question orale de Madame Anastasia Bakounine (ECOLO-GROEN): Harcèlement dans les clubs sportifs

Mesdames et Messieurs les Membres du Collège,
Cher·e·s Collègues,
Pour faire écho à la motion sur la violence faite aux femmes, Ecolo/Groen porte son attention sur le respect dans le milieu sportif et plus précisément dans les clubs sportifs de notre commune.
Auderghem est une commune sportive. On peut se féliciter du nombre important de clubs sportifs présents sur le territoire. Ils font un très bon travail, parfois avec très peu de moyens, pour permettre de pratiquer du sport de haut niveau ou bien de loisir.
De plus, les infrastructures communales sont de qualité. Il y a notamment le centre Willegems, le Gymnasium mais également les clubs de football, hockey et rugby, qui comptent des équipes féminines. S’ajoutent à cela les autres noyaux sportifs que sont le centre Adeps, Rouge-Cloître, la forêt de Soignes, la promenade verte ou la salle d’escalade New Rock par exemple.
C’est donc une offre sportive diversifiée et variée qui permet à de nombreux Auderghemois et Auderghemoises de pratiquer du sport.
Récemment, l’actualité a mis en lumière des victimes de harcèlement dans les milieux sportifs qui ont eu le courage, après parfois des années de silence, de témoigner et de faire entendre leur voix. C’est le cas notamment, en France, de Sarah Abitbol, patineuse sur glace multimédaillée. Son témoignage marque un tournant puisque le 4 février dernier le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour « viol et agressions sexuelles sur mineurs par la personne ayant autorité sur la victime » contre son ancien entraîneur. Depuis ce témoignage, d’autres voix se sont élevées pour dénoncer d’autres faits de violences sexuelles dans le sport.
Ces violences ne s’exercent pas exclusivement sur les filles et peuvent également toucher des garçons. Toutefois, de nombreuses études établissent que les filles sont exposées à un risque plus élevé de violence fondée sur le genre que ne le sont les garçons 
Bien entendu, la question du harcèlement et autres violences sexistes ou sexuelles relève plus de la justice ou de la compétence communautaire, que de la compétence communale en particulier.  Cependant, il ne serait pas acceptable que de tels faits se produisent dans des infrastructures communales, parmi des clubs auderghemois ou bien qu’ils touchent de jeunes Auderghemois.es. 
Pour Ecolo-Groen, la politique sportive communale doit dépasser le strict cadre sportif mais également veiller à protéger celles et ceux qui pratiquent du sport à Auderghem
Nos questions sont donc les suivantes :
  • Avez-vous été informée de problèmes de cet ordre à Auderghem?
  • Dans les nombreux contacts que vous avez avec les clubs sportifs, cet enjeu est-il évoqué ?
  • Les sportif·ve·s, et plus particulièrement les filles, sont-ils.elles bien informé·e·s de leurs droits, des organismes vers lesquels ils.elles peuvent se tourner en cas de harcèlement ?
  • Quels sont les outils et les initiatives mis en place pour l’information et la prévention dans nos clubs sportifs ? Y a-t-il un numéro d’appel, une personne de contact ?
Existe-t-il une cellule indépendante vers laquelle les personnes concernées pourraient se tourner en toute confiance et confidentialité ?
Je vous remercie pour vos réponses.
  • Réponse de Madame Eloïse Defosset, Echevin
Fort heureusement, la commune n’a jamais été informée de problèmes de cet ordre au sein de ses infrastructures ou clubs sportifs de notre commune.
Toutefois, étant particulièrement touchée par cette problématique, j’ai à cœur de mettre en œuvre dans le milieu sportif les engagements repris dans la motion relative aux violences faites aux femmes que nous venons de voter.
La semaine dernière déjà, j’ai pris contact avec le Panathlon Wallonie-Bruxelles qui est un organisme que j’affectionne particulièrement car, il remet sans cesse au cœur de ses actions les valeurs du sport qui in fine, favorise notamment le développement personnel et la construction de rapports avec l’autre.
J’ai donc pris contact avec eux pour leur proposer de dispenser des ‘formations’ destinées aux dirigeants des clubs. Et, je suis ravie de vous apprendre qu’ils ont répondu avec beaucoup d’enthousiasme à cette initiative.
Il a donc été convenu de réaliser des séances d’informations selon des thématiques déterminées (les femmes et le sport, le harcèlement et le sport, la discrimination et le sport, etc.) à venir présenter tout au long de l’année. La première session pourrait être proposée en mars. Etant donné que le Panathlon côtoie les différentes communes bruxelloises et wallonnes et il sera aussi intéressant de comparer les bonnes approches de chacune en la matière.
Il est important, me semble-t-il de mener ces débats au sein de la Commission Consultative des Sports car c’est justement l’organe regroupant et les dirigeants des clubs sportifs et les représentants de chaque parti politique. Ce sera aussi une manière « pédagogique » d’aborder les thèmes tels que ceux énoncés, la charte émise par la Fédération Wallonie-Bruxelles, et d’ainsi rappeler les droits des sportifs et organismes vers lesquels se tourner en cas de confrontation à une telle situation.
D’autre part, concernant les infrastructures sportives communales, un cadastre a été réalisé pour s’assurer de l’écartement de tout obstacle logistique pouvant entraver la possibilité du sport au féminin. Je vous rassure, tous nos centres sont en ordre à ce niveau là : WC pour les femmes, douches, vestiaires. Mais, il est important de le rappeler car ce n’est pas encore le cas partout.
Le service des Sports a justement reçu début février une proposition de formation organisée par Bruxelles Pouvoirs Locaux sur l’égalité de genre dans le sport. Bien que nous soyons déjà des bons élèves, le service y participera pour s’assurer que tout est bien mis en œuvre à ce niveau-là.
Par ailleurs,  et pour votre bonne information, les études en matière de budgétisation sensible au genre ont montré que les grands investissements en infrastructures sportives bénéficient massivement à des sports dits « d’hommes ». J’ai donc le plaisir de vous préciser qu’Auderghem est une commune pionnière dans la réflexion des genres car, je le rappelle le Gymnasium (qui est un de nos centres sportifs)  est occupé à près de 90% par de jeunes filles, femmes, dames qui y pratiquent leur sport.
Cette année, nous mettons aussi à disposition plus d’heures d’occupation de terrain au rugby qui a pu, non seulement développé une école de jeunes mais aussi, mettre sur pied une équipe féminine (qui a d’ailleurs fêté sa première victoire il y a plus de 2 semaine).
Et pour l’anecdote, j’aime à raconter que nous accueillons une équipe nationale de D2 Femmes qui… (Désolée messieurs) ont de meilleurs résultats footballistiques que les hommes jouant au stade !