Administration & politique

Question orale de Monsieur Jeremy Van Gorp et de Madame Martine Maelschalck (MR-Open VLD) à propos de la promenade verte

Monsieur le Président,
Monsieur le Bourgmestre,
Chers Collègues,
Le 14 juillet, le Collège a pris acte de la décision du Bourgmestre de réaffirmer sa volonté « d’une requalification de la promenade verte en tant que zone piétonne avec une tolérance pour le passage des cyclistes sous limitation de la vitesse durant la semaine et une interdiction de leur passage durant les weekends et jours fériés ».
Nos questions sont les suivantes :
  • Pourquoi une mesure aussi radicale le week-end ?
  • Quel est l’objectif de cette mesure ? 
  • Des incidents sont-ils à l’origine de cette décision ?
  • Quelle est l’alternative sécurisée pour les cyclistes ?
  • Quel est le taux de fréquentation de la promenade verte
    • Par les piétons
    • Par les cyclistes ?
  • Quelle est la réglementation concernant la circulation et le respect de la propreté des animaux sur la promenade verte ?
Nous vous remercions.
Jérémy Van Gorp et Martine Maelschalck, conseillers communaux MR-Open VLD
  • Réponse de Monsieur Didier Gosuin, Bourgmestre
Vos questions me permettent de clarifier le position de la Commune sur l’avenir de la promenade verte. Pour rappel, cette promenade relève de la gestion de Bruxelles Environnement et non de la commune.
Depuis de nombreux mois, je reçois des mails quasi quotidiennement de citoyens auderghemois au sujet de la vitesse des cyclistes sur le Promenade Verte et du danger que celle-ci représente. Vu l’importance prise par les cyclistes ces dernières années, la coexistence entre deux fonctions (piétons et « mobilité rapide ») est devenue très compliquée. En effet, la vitesse des cyclistes constituent un réel enjeu de sécurité et cette problématique ne fera que s’accentuer avec le temps.
Lors de sa conception, la volonté des autorités était de créer une promenade permettant une déambulation agréable et en toute sécurité pour ses utilisateurs. Ma volonté est d’assurer une cohabitation harmonieuse entre tous les usagers de la promenade verte.
Ce constat est partagé par les services de Bruxelles Environnement avec lesquels nous avons déjà tenté de mettre en place des solutions pérennes. Celles-ci n’ont cependant pas permis de freiner les excès de certains.
Il convient donc de résoudre la question de savoir « quelle philosophie » nous voulons pour cet espace pour les années à venir. Le discours de la commune est clair : la promenade verte ne deviendra pas une promenade uniquement pour les cyclistes. Il existe par ailleurs une piste cyclable séparée du trafic automobile au centre du boulevard du Souverain. Je vous l’accorde, elle pourrait être élargie et rénovée. Les traversées des carrefours devraient aussi être sécurisées. Mais, c’est de la responsabilité de la Ministre bruxelloise de la Mobilité.
Pour rappel, pendant la période du confinement, c’est le Ministre Alain Maron qui a demandé aux Bourgmestre de prendre un arrêté afin d’interdire la circulation des cyclistes sur la promenade pour éviter une trop forte affluence et l’impossibilité de garantir le respect des mesures barrières.
Lors du déconfinement, cette interdiction a été levée mais les problèmes de cohabitation eux n’ont pas été résolus malgré plusieurs réunions entre la commune et Bruxelles Environnement.
J’ai donc écrit au Ministre Maron fin mai pour lui faire part de la nécessité de trouver rapidement des solutions durables pour éviter de possibles accidents dans le futur.
Dans sa réponse, il m’a indiqué vouloir procéder rapidement à une analyse juridique du statut de la promenade pour déterminer les limitations et sanctions possibles, la mise en place pour fin juin d’une nouvelle campagne de sensibilisation invitant les cyclistes à modérer leur vitesse et à respecter les piétons pour fin juin et l’étude pour le mois de d’aménagements types à réaliser sur la promenade pour permettre une cohabitation des fonctions.
Force est de constater qu’à ce stade, ces trois points n’ont pas été réalisées et je le regrette. De plus, j’ai récemment appris qu’une réunion s’est tenue au cabinet du Ministre avec les associations cyclistes sur l’avenir de la promenade verte sans que la commune ait été invité. Cela ne va pas !
Des solutions, il en existe. La qualification en zone piétonne induirait une limitation de la vitesse comme sur le piétonnier, des aménagements physiques, la nécessité de poser pieds à terre pour le passage des passerelles plus étroites, des sanctions par les gardiens de Bruxelles Environnement et même un élargissement de la promenade.
L’interdiction de circuler pour les cyclistes sur la promenade verte est l’ultime solution si aucunes autres ne peut être trouvée. Je ne souhaite absolument pas en arriver là et je suis un partisan d’une plus grande utilisation du vélo en ville. Mais si la Région ne prend pas ses responsabilités, devrons-nous attendre un accident grave pour agir ? Je vous pose la question.