Administration & politique

Question orale de Monsieur Matthieu Pillois (DéFI) à propos du projet de la Flandre de la fermeture de bandes de circulation de l’avenue de Tervuren vers les Quatre Bras.

Monsieur le Président,
Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Echevins,
Chers Collègues,
La presse de ces dernières semaines s’est fait l’écho que, dans le cadre de son projet d’élargissement du ring autour de la Région bruxelloise, la Werkveenoostchaap souhaite réaménager l’avenue de Tervuren et les Quatre Bras de Tervuren avec en ligne de mire la finalisation à terme d’une autoroute cyclable. On passerait de quatre voies à deux voies pour le trafic entrant et sortant en Région bruxelloise sur chaque bras de l’Avenue de Tervuren avec la construction d’une piste cyclable bidirectionnelle de chaque côté. Une phase de test d’un mois serait prévue à partir de la fin du mois d’août 2021.
Si j’entends l’importance d’améliorer la mobilité de chacun(e), il s’agit toutefois de rester avant tout concentré sur la qualité de vie des Auderghemois et la concertation avec ceux-ci. Nous devons avoir le courage de faire front, ensemble avec les communes voisines et la Région bruxelloise, à certaines initiatives qui viennent de Flandre et dont on peut craindre qu’elles ne répondent pas aux intérêts bruxellois. Il est  impératif de respecter l’esprit de “Good Move” auquel nous avons souscrit, et garantir aux habitants qu’il n’y aura pas de reports de charge dans leurs quartiers. La construction d’un “RER vélo” est intéressante dans la perspective d’une mobilité plus douce mais ne peut avoir pour conséquence de rendre des quartiers invivables, et ce peu importe les communes impactées.
Je m’inquiète d’autant plus que l’objectif à long terme de la Flandre pour ce projet semble clair :  “La phase test n’est qu’une qu’une première étape. Les intentions finales restent les mêmes. Lorsque les Quatre Bras seront transformés, la circulation sur l’avenue de Tervuren devra être modifiée : voitures aller et retour dans la partie nord sur une seule bande de circulation, cyclistes et piétons dans la partie sud.” Nous avons pu d’ailleurs lire que la commune d’Auderghem avait suspendu son avis dans l’attente d’un positionnement clair de la Flandre mais surtout de la Ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt, quant à ce projet final.
La phase de test, d’une durée d’un mois, prévue étrangement en août 2021, me semble d’ailleurs très courte pour se faire une idée précise de l’impact réel d’une diminution du nombre de voies réservées aux voitures. De plus, il faudra voir si le confinement n’est pas prolongé et avec lui, le télétravail. Une piste cyclable existe déjà, qui nécessiterait certes des réparations et des aménagements, mais qui gagnerait peut-être à être rénovée de telle manière que cyclistes et piétons puissent l’emprunter.
Mes questions sont donc les suivantes :
  • Quelle est la position de la commune d’Auderghem dans ce dossier ? Celle-ci a-t-elle évolué depuis la suspension de l’avis et si oui sur quels points ?
  • La question des risques de reports de charges est fondamentale : avez-vous eu l’occasion d’aborder cette question avec les autres communes concernées et les autorités régionales (notamment sur la chaussée de Tervuren) ? La Région flamande a-t-elle conscience des risques de reports de charges dans notre commune (et tenant compte des autres projets des autorités flamandes concernant le ring, en particulier le projet d’autoroute cyclable F204 sur la E411) ?
  • Des alternatives au projet présenté par la Flandre ont-elles été étudiées ? Je pense notamment à la rénovation de la piste cyclable actuelle.  
  • Le projet proposé prend-t-il bien en compte la place des piétions ? Qu’est-il exactement prévu pour eux ?
  • Une phase test est prévue en août 2021, avec possibilité de prolongation. Qui a décidé du moment de cette phase test ainsi que de sa durée ? Quelle est la position de la commune vis-à-vis de cette phase test ?
  • Si cette phase test devait se tenir malgré l’opposition des communes, comment va s’opérer, pour les cyclistes, la jonction avec la piste cyclable au centre de l’avenue de Tervuren au niveau du carrefour avec la chaussée de Tervuren à Auderghem ? N’y a t’il pas un risque pour la sécurité à ce niveau ?
  • Comment jugez-vous la concertation menée jusqu’à présent par la Région flamande dans ce dossier sensible pour les habitants ? Depuis la remise des avis des communes et les nouvelles informations parues dans la presse, de nouvelles réunions de concertation ont-elles été menées par la Flandre et la Région bruxelloise avec les communes ?
Je vous remercie.
Matthieu Pillois
Conseiller communal
Réponse de Madame Sophie de Vos, Échevine :
Concernant la position communale
La commune n’est pas en capacité de donner un avis favorable. Nous n’avons aucune donnée chiffrée nous permettant de nous prononcer. Nous avons demandé des études d’impact globales prenant en considération l’ensemble des projets de la Werkveenoostchaap sur le ring mais n’avons rien reçu à ce jour. Les piétons sont les grands oubliés du projet par ailleurs. Le carrefour entre l’avenue et la chaussée de Tervueren doit être sécurisé pour tous les usagers. De plus, Il y a une absence totale de prévision d’infrastructures suffisantes, que ce soit pour les milliers de vélos que l’on prévoit mais aussi et surtout pour les piétons au niveau de la chaussée de Tervueren.
Concernant les reports de charges
Nous craignons effectivement les reports de charges et partageons cette inquiétude avec les communes voisines. La région flamande ne semble pas se préoccuper de ces effets néfastes induits sur les quartiers résidentiels bruxellois et contraires à l’esprit Good move.
Concernant les alternative éventuelles
La solution alternative est simple : plutôt que de supprimer des bandes de circulation, il faut utiliser et rénover les infrastructures existantes. La piste cyclable à travers les bois est à rénover certes mais est bien assez large pour accueillir une piste bi-directionnelle et un cheminement piéton. Dans l’autre sens, il y a aussi une piste cyclable existante. On pourrait même l’élargir en maintenant 2 bandes de circulation (comme les aménagements du boulevard du Souverain).
Concernant les piétons
Les piétons sont envoyés sur la piste cyclable actuelle partant du croisement entre la chaussée de Tervueren et l’avenue de Tervueren. Rien n’est prévu pour eux dans le sens de l’entrée dans Bruxelles. Les trottoirs sont soit inexistants soit extrêmement étroits. Il n’y a même pas moyen de traverser de façon sécurisée pour rejoindre les arrêts de tram.
Concernant la phase test
Ce moment nous a été proposé par la Werkveenoostchaap. Nous avons pointé l’incongruité du mois d’août (vacances, télétravail). Il a été répondu par la ministre qu’elle pouvait être prolongée. Nous avons répondu que si la région souhaitait faire un test, qu’elle choisisse au moins un moment relevant pour ce faire mais sans le prolonger nécessairement. En l’état actuel du dossier, nous ne sommes pas en capacité de rendre un avis favorable vu l’absence de données objectives sur l’impact de la mise à une bande de circulation de l’Avenue de Tervuren en termes de report de trafic dans les quartiers, du manque d’étude de mobilité globale sur les différents projets de la Flandre sur le Ring, du manque d’infrastructures pour les piétons ainsi que de l’absence de solutions proposées pour résoudre la problématique des goulets d’étranglements aux entrées et sorties de ces nouvelles « pistes cyclables » puisque les infrastructures bruxelloises ne sont pas adaptées à accepter de tels flux. 
Concernant le carrefour Chaussée/avenue
Ce carrefour sera extrêmement complexe et dangereux pour tous les usagers. C’est une de nos préoccupations principales. Situé à Auderghem mais de gestion régionale, nous avons tiré la sonnette d’alarme.
Concernant la concertation
On ne peut nier un nombre de réunions important organisées pour avancer dans les différents projets de werken aan de ring. Mais l’avis des communes une fois donné ne semble pas être pris en considération jusqu’à présent.
Jusqu’il y a peu, la Flandre semblait considérer comme étant acquis qu’elle pourrait réaliser ses projets sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale qui ne se prononçait pas clairement et dont l’attitude était plutôt attentiste. 
Tout récemment nous avons enfin eu une réunion avec tous les acteurs (Werkveenoostchaap, Région de Bruxelles-Capitale, Auderghem). Pour la première fois une manière plus constructive de travailler se dégage. Mais c’est pour un autre projet de werken aan de ring. Nous verrons si cela débouche effectivement sur du concret.
Pour l’avenue de Tervueren, je n’ai pas connaissance de nouvelles réunions prévues depuis la suspension de notre avis.