News

Retour aux news

Un projet unique en communauté française : une orthopédagogue dans les écoles d’Auderghem

C’est un projet unique en Communauté française. Depuis janvier 2017, Pauline Cougnet est orthopédagogue dans les écoles communales d’Auderghem. De projet pilote, sa présence dans les classes maternelles et primaires de la commune s’est peu à peu imposée jusqu’à devenir un soutien plébiscité par les instituteurs et une force de conseil essentielle pour les familles. Bilan de 18 mois d'activités avant la rentrée de classes.

 

" Le rôle d’un orthopédagogue est de repérer et d’aider les élèves en difficulté ", explique Pauline Cougnet. " J’interviens en classe dès la troisième maternelle, principalement pour des troubles de concentration ou d'apprentissage. En début d’année scolaire nous mettons en place une grille d’observation par élève pour détecter les potentielles difficultés de chacun. Ensuite nous choisissons les outils adaptés pour soulager l’enfant et lui permettre de ne pas prendre de retard ".

 

Pauline est la seule orthopédagogue à exercer dans l’enseignement classique en Belgique francophone. " Avec elle, on répond aux objectifs du pacte d'excellence avec plusieurs années d'avance ", précise Bernard Mugrabi, conseiller pédagogique.

 

" Pendant ma formation, j’ai très vite réalisé le manque de ressources des écoles dîtes ordinaires ", ajoute Pauline. " Alors que l’enseignement spécialisé dispose d’une batterie d’outils déjà testés et évalués ". Chaque établissement auderghemois jouit donc désormais d’une banque d’outils validés par Pauline où les instituteurs peuvent venir piocher. " En fait, mon travail vise à augmenter le potentiel de réussite des enfants en difficulté avec l’idée sous-jacente d’éviter un placement trop hâtif en enseignement spécialisé ".

 

Autre aspect du travail d'orthopédagogue : les relations avec les parents. " Nous organisons des rencontres  avec les parents pour lesquels les enseignants estiment avoir besoin d’un soutien. Ces réunions permettent d’expliquer aux parents avec d’autres mots les difficultés auxquelles leur enfant fait face ", précise Pauline. " Je les guide s’il y a des démarches à réaliser à l’extérieur de l’école ou si l’enfant doit être pris en charge par un professionnel, comme un logopède par exemple ".

 

L’année dernière, 49 petits Auderghemois ont bénéficié d’une intervention orthopédagogique régulière en classe. Ce qui représente plus ou moins 12 élèves par école.