Administration & politique

Question écrite de Madame Martine Maelschalck et de Monsieur Jeremy Van Gorp (MR-Open VLD) à propos de la mise en œuvre du principe STOP

LE COLLÈGE,
Vu la Nouvelle loi communale, les articles 84 et 84bis ;
Vu le Règlement d’ordre intérieur du Conseil, les articles 55 à 60 ;
Considérant ce qui suit :
Le 14.09.2020, Madame Martine Maelschalck a transmis par e-mail une question écrite à Monsieur Christophe Magdalijns, Président du Conseil communal et à Monsieur Etienne Schoonbroodt, Secrétaire communal :
Monsieur le Président,
Monsieur le Bourgmestre,
Chers Collègues,
Le principe STOP a été consacré par le plan Good Move. Comme vous le savez, le principe (dont l’acronyme vient du néerlandais) consacre une hiérarchie parmi les usagers des voies publiques :   dans l’ordre, les piétons (stappen), les cyclistes (trappen), les transports en commun (openbaar vervoer) et les voitures (privé vervoer).
Le groupe MR-Open VLD est convaincu que la sécurité et le confort des « usagers faibles » à Auderghem peuvent être améliorés. Nous nous interrogeons cependant sur l’ampleur de la tâche.
Nos questions sont les suivantes :
  • La commune d’Auderghem a-t-elle des plans pour améliorer le partage de la voie publique
    • au profit des piétons et des cyclistes ? Sous-question : quid des vélos-cargos ?
    • au profit des transports en commun ?
  • De quel type de travaux parle-t-on ?
  • A-t-on une estimation du budget ?
Nous vous remercions.
Jérémy Van Gorp et Martine Maelschalck, conseillers communaux MR-Open VLD
Le 27.09.2020, Madame Sophie de Vos, Échevine, a répondu comme suit : 
  • Vous n’êtes certainement pas sans savoir qu’Auderghem a décidé de repenser complètement sa politique d'aménagement en mettant les usagers faibles au centre des décisions.
  • Nous nous inscrivons donc pleinement dans la démarche établie dans le Plan Good Move qui prévoit un apaisement des quartiers au profits de ses habitants.
  • Mais il est très important de sortir du débat "pour ou contre" et de se rendre compte que l'espace public, ça se partage.
  • C’est pourquoi nous avons voulu objectiver le débat et avons chargé un bureau d’étude indépendant de faire un inventaire de tous les points noirs en matière de mobilité douce. Je peux déjà vous dire que plus de la moitié du travail a été réalisé.
  • Pour hiérarchiser les priorités, nous appliquerons le principe "Stop". C'est une approche qui est défendue par des acteurs aussi divers que le Gracq et Touring. Elle consiste à travailler depuis l’usager le plus faible pour remonter jusqu’à l’usager le moins faible : d'abord les piétons (souvent oubliés des débats de mobilité ces dernières années et que nous voulons prioritairement remettre au centre de nos décisions), ensuite les cyclistes (y compris les vélos cargos), puis les transports publics et enfin les voitures. Il ne s’agit pas d’opposer un mode contre un autre mode mais bien d’aménager l’espace public pour que chacun puisse y trouver sa juste place.
  • Sur cette base, Auderghem élaborera un nouveau plan pluriannuel afin de construire, petit à petit, un espace public plus apaisé.
  • La commune ne pourra cependant pas tout résoudre seule. Un travail de concertation avec la Région mais aussi, et j’y tiens tout particulièrement, avec les habitants devra accompagner ce grand projet. De plus, au-delà des aménagements, il faudra aussi pouvoir retrouver des notions aussi essentielles que le partage et le respect.
PREND ACTE
  • de la réponse à la question écrite
  • de la publication de la question et de la réponse, après traduction, sur le site internet communal