Vivre à Auderghem

Une conseillère pédagogique pour les profs et... la commune

«  L’administration  et  les  échevins  sont des  gestionnaires,  pas  des  pédagogues professionnels. On peut donc avoir plein de  bonnes  idées  mais  on  peut  aussi  se tromper. C’est pour cela que je me suis dit  qu’il  faudrait  quelqu’un  qui  puisse faire  le  lien  entre  la  commune  et  ses écoles.  Quelqu’un  du  métier  qui  soit  à même  de  comprendre  les  attentes  des enseignants et de nous les relayer ”. Christian Coppens, échevin de l’Enseignement,  ne  craint  pas  de  l’affirmer : même si l’enseignement communal se porte bien (Auderghem est la commune qui investit le plus par élève à Bruxelles), ” il y a toujours moyen de faire mieux ”. C’est ainsi que depuis le 1 er septembre,  Auderghem  s’est  adjoint  les services  d’une  conseillère  pédagogique. Missions : conseiller   la   commune   et soutenir les enseignants et les directions au jour le jour.   

J’ai   été   enseignante   pendant   12  ans   au   Pré   des   Agneaux ,   explique Sabine  Dooms,  la  nouvelle  conseillère pédagogique. J’en suis pour le moment à la phase d’observation et d’analyse ”. Son rôle, Sabine Dooms l’envisage avec humilité. ” Au départ, j’ai senti qu’il y avait une  interrogation  chez  les  professeurs : houlala, on nous envoie une inspectrice! Mais après 2 mois, j’ai l’impression que ma  mission  est  perçue  positivement, c’est à dire comme une aide ”. Car c’est aussi cela le rôle de la conseillère pédagogique : aider le corps enseignant dans  son  travail  quotidien.  Chaque  jour de  la  semaine,  Sabine  Dooms  se  rend dans une école différente. Elle intervient à  la  demande  des  directions  ou  des enseignants  eux-mêmes.  ” J’essaie  de trouver  des  solutions  avec  eux.  Par exemple,  pour  un  enfant  qui  ne  parle pas  français,  qui  est  dyslexique  ou  qui a  des  difficultés...  je  peux  apporter  une information, faire découvrir de nouvelles méthodes ”.

A  terme,  l’objectif  est  aussi  de  faire  le lien  entre  les  différents  établissements. ” Déjà   maintenant,   on   me   demande comment cela se passe dans les autres écoles ,  poursuit  Sabine  Dooms. C’est très enrichissant ”. Enfin,   la   mission   de   la   conseillère pédagogique  est également  de  relayer les  informations  et  les  demandes  des enseignants  auprès  de  l’administration. ” Sabine  est  celle  qui  va  éclairer  les décisions que nous prendrons à l’avenir, en  lien  direct  avec  le  terrain ”,  conclut l’échevin  de l'Enseignement Christian Coppens.

En  2009,  Auderghem  a  consacré  2.930 euros   par   élève   soit   142   euros   par habitant. A titre de comparaison, les autres communes  bruxelloises  (hors  Bruxelles-Ville)  dépensent  en  moyenne  83  euros par habitant pour leur enseignement. ” Les enseignants ne sont pas payés par les communes mais par la Communauté française ,  explique  Christian  Coppens. Et  en  règle  générale,  les  communes  se contentent de cela. A Auderghem, nous avons  décidé  d’employer  du  personnel supplémentaire,   entièrement   à   notre charge.  Cela  nous  permet  d’avoir  des classes  nettement  moins  nombreuses, entre 17 et 20 élèves en moyenne ”. Pour chacune de ses 4 écoles, la commune a également engagé une puéricultrice qui vient  renforcer  les  équipes  maternelles. Une  psychologue  communale  est  active dans  les  différents  établissements.  Et chaque direction dispose d’un secrétariat ” pour  avoir  le  temps  de  se  consacrer davantage à la pédagogie ”. Enfin,  la  commune   couvre   aussi   la plupart    des    fournitures    scolaires. Sans   oublier   les   frais   de   chauffage et   d’entretien   des   bâtiments  (hors rénovation). ” L’enseignement a toujours été  une  priorité  à  Auderghem,  conclut l’échevin. Et  cela  se  sait.  En  10  ans,  la population scolaire a augmenté de près de  25%,  en  grande  majorité  des  petits Auderghemois ».

L'Auderghemois n°60