Administration & politique

Question orale de Madame Jasmine Boumraya et de Monsieur François Lebovy (ECOLO-GROEN) : effet de la crise sanitaire sur l'emploi

Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Echevin·e·s,
La Libre Eco, dans son édition numérique du 6 janvier 2020, consacre un article à l’évolution du chômage à Bruxelles, et plus particulièrement, au chômage des jeunes. On y parle d’une hausse de chômage de 4,1 % en décembre 2020.  Cette augmentation serait plus importante chez les jeunes, principales victimes de la crise du coronavirus à Bruxelles.  La Région compterait en effet 9.976 jeunes chercheur·se·s d'emploi à la fin de l'année 2020, soit 14,4% de plus qu'en décembre 2019.
Mes  questions sont les suivantes :
  • Comment peut-on expliquer cette situation ?
  • Qu’en est-il de la Commune d’Auderghem en particulier ?
  • Quels sont les chiffres du chômage et des demandeur·se·s d’emploi à Auderghem et quelle est leur évolution sur un an ?
  • Quelles sont les mesures prévues au niveau local pour permettre aux chercheur·se·s d’emploi auderghemois·es  de se réinsérer sur le marché de l’emploi ?
Je vous remercie de vos réponse.
Réponse de Monsieur Didier Gosuin, Bourgmestre :
Madame la Conseillière,
Monsieur le Conseiller,
En préalable, il y a lieu de différencier 2 données :  le nombre de demandeurs d’emplois inoccupés (DEI) et le nombre de chômeurs complets indemnisés (CCI).
En effet, un chômeur complet indemnisé (CCI) est une personne qui ouvre le droit aux allocations de chômage soit sur base de son travail soit sur base des études après un  stage d’insertion professionnelle (SIP).  Le DEI peut, lui, soit être un chômeur complet indemnisé (CCI), soit être un jeune en stage d’insertion professionnelle (SIP) soit dépendre du CPAS ou même n’ouvrir aucun droit à une allocation de remplacement. 
L’augmentation de 4,1% dont parle l’article est l’augmentation des DEI en Région de Bruxelles Capitale (RBC) par rapport à décembre 2019, et non pas du « chômage » en tant que tel.  A Auderghem, l’augmentation des DEI est de 7,7 % dans la mesure où nous passons de 1425 DEI en 12/2019 à 1535 DEI en décembre 2020.
Par ailleurs, le nombre de DEI est à mettre en lien avec le taux de chômage.  S’il est vrai que le nombre de DEI augmente de 7,7 % à Auderghem par rapport à l’année dernière à la même époque, le taux de chômage de notre commune (9,4 %)  reste le deuxième plus bas de la RBC  dont la moyenne est le 15,9 %.
Les raisons expliquant cette situation sont multiples et forts liées à la situation sanitaire :
  • L’absence, depuis mars 2020, de suivi en présentiel des demandeurs d’emploi par Actiris et bcp d’opérateurs en matière d’emploi en particulier des jeunes sortant des études qui sont en stage d’insertion professionnelle (SIP).  Les jeunes, pour lesquels un protocole strict était prévu, déterminé par les mesures prises lors de la précédente législature (stage d’insertion  chez un employeur, contrat d’insertion d’un an, Plan d’Action Individualisé obligatoire, …) perdent  un temps certain faute de suivi  ;
  • L’impact de la crise sanitaire sur les engagements : Actiris a reçu 9,2 % d’offres d’emploi en moins qu’en 2019 pour la Région de Bruxelles Capitale.  Cela se remarque  en particulier pour les niveaux d’études élevés, ce qui entraîne l’arrivée de « nouveaux » demandeurs d’emploi qui, après leurs études, ne passaient normalement pas par la case « DEI » voire chômage ;
  • Le non renouvellement de contrats à durée déterminée ou d’intérims  ;
  • La mise en chômage économique de bons nombre de travailleurs .
Chiffres du chômage et des demandeurs d’emploi à Auderghem : évolution sur un an  (source : View stat)
Total  DEI : 1535 contre 1425 en décembre 2019 (+ 7,7 %)
  1. Répartition par catégories
  • Nombre de CCI :  960 soit 62,5 % des DEI (+8,7 % par rapport à 2019)
  • - de 25 ans : 27
  • 25-49 ans : 519
  • + de 50 ans : 414
  • Nombre de SIP : 149 soit 9,7 % des DEI et 33 % en plus par rapport à 2019
  • - de 25 ans : 105 (10 CPAS et 85 non CPAS)
  • + de 25 ans : 54 ( 6 CPAS et 48 non CPAS)
  • Nombre usagers CPAS inscrits comme DEI : 109 soit 7,1 % des DEI (-38,1 % par rapport à 2019)
  • - de 25 ans  : 20
  • 25-49 ans  : 70
  • 50 ans et + : 19
  • Nombre de DEI n’ouvrant pas de droit à une allocation de remplacement :  317 soit 20,7 % (+ 8,1 %)
  1. Etudes : sur les 178 jeunes DEI de – de 25 ans  :
  • 44 ont un niveau faible soit 7,6 % de plus qu’en 2019
  • 78 ont le CESS soit 11,6 % de plus qu’en 2019
  • 46 un diplôme d’études supérieures et ou universitaires soit 11 % de plus qu’en 2019
  • 10 n’ont pas d’équivalence de diplôme en Belgique (+0,1 %)
  1. Age :
  • - de 25 ans : 178 soit + 43,5  % par rapport à 2019
  • 25-49 ans : 868 (+3,5 %)
  • + de 50 ans : 489 ( +5,4 %)
Les augmentations les plus marquantes sur Auderghem sont  :
  • Les personnes en stage d’insertion professionnelle : + 33,2 % ;
  • Les jeunes de – 25 ans : + 43,5  % ;
  • Les personnes ayant un diplôme d’études secondaires supérieures  ou  supérieures/universitaires : + 22,6 % ;
  • Les chômeurs de – d’un an : + 14,6 % et de + d’un an : + 23 %.
On peut donc en déduire que ce sont les jeunes auderghemois ayant fait des études supérieures qui sont les victimes principales de la crise sanitaire.  Dans la mesure où Auderghem, comme les autres communes du Sud de Bruxelles, ont une plus forte majorité de jeunes poursuivant leurs études au-delà du CESS, il est normal  que l’augmentation y soit plus prononcée que dans d’autres communes bruxelloises.
Par ailleurs, tout comme durant le 1er confinement, on enregistre depuis fin août une nouvelle baisse des inscriptions comme DEI en RBC notamment due à la limitation voire l’arrêt des services « physiques » chez Actiris.  En ce qui concerne Auderghem, le public de DEI de notre commune, de par sa qualification et son accès aux outils numériques,  a tendance à faire les démarches nécessaires d’inscription, ce qui explique en partie l’augmentation plus importante des DEI que sur d’autres communes (hors Sud de Bruxelles).  Nous encourageons par ailleurs  toute personne sans emploi à s’inscrire comme DEI et faire les démarches pour préserver ses droits et les soutenons dans ce sens .  Quand les mesures de confinement seront assouplies, les autres communes où la fracture numérique est plus présente, devraient enregistrer, comme de mai à août, une augmentation des inscriptions des DEI. 
Mesures prévues au niveau local pour permettre aux chercheurs d’emploi auderghemois  de se réinsérer sur le marché de l’emploi 
Plusieurs projets sont en cours de réalisation :
  • Le Printemps de l’Emploi en mars 2021 qui offrira, comme chaque année, des ateliers et conférences sur les 4 communes du Sud Est de Bruxelles à titre gratuit ;
  • Des ateliers à destination des familles monoparentales ;
  •  Le projet local de la Maison de l’Emploi d’Auderghem de remobilisation des chercheurs d’emploi dont le thème est « remobilisation# rebondir après la crise du Covid 19 » ;
  • Une formation d’auxiliaire de l’enfance à l’IAPS dès septembre 2021 ; …
Une réflexion se met également  en place par rapport à la réorganisation des services face aux mois de fermeture de l’Antenne Actiris et l’incertitude quant à sa réouverture et son timing.  Comme les chiffres le démontrent, il est en effet nécessaire de pouvoir encadrer les jeunes sortant des études et limiter le temps d’attente entre la sortie des études et la mise à l’emploi.  Dans ce sens, une collaboration avec les employeurs locaux pour tenter un matching entre l’offre et la demande fait partie des objectifs de 2021.  La base de données « un job près de chez moi » et son essor devraient être un des outils privilégiés.