Administration & politique

Interpellation des habitants - demande de déclaration d'état d'urgence climatique

Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Échevins,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,
Records de chaleur, multiplication des catastrophes météo, fonte des glaces, déclin de la nature : les preuves de l’impact dévastateur des activités humaines sur la planète s’accumulent, attestant de l’urgence à agir en particulier contre le dérèglement climatique. Ceci constitue la base d’une crise existentielle inédite pour l’humanité et la planète.
Cette perspective nécessite que les gouvernements, chargés de représenter les intérêts de la population, respectent scrupuleusement les engagements pris sur l’Accord de paris, visant à contenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et à poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C. L’accord stipule que « les pays développés continuent de montrer la voie en assumant des objectifs de réduction des émissions en chiffres absolus ».
Si les signataires de l’Accord sont les chefs d’état et de gouvernement nationaux, il est indéniable que les autorités locales ont un rôle capital à jouer pour sa mise en œuvre.
Le 5 ème rapport du GIEC (Groupe Intergouvernemental d’experts sur le changement climatique) déclare :
« Les administrations locales sont de plus en plus considérées comme des intervenants essentiels dans la mise à l’échelle des mesures d’adaptation au niveau des collectivités, des ménages et de la société civile, dans la gestion des informations relatives aux risques, et dans le financement ».
Dans un article du rapport intitulé « Avantages des actions infranationales » le GIEC souligne que « les gouvernements infranationaux peuvent s’adapter plus rapidement aux nouvelles situations et ont donc plus de flexibilité pour modifier les politiques climatiques existantes ou en définir de nouvelles, notamment :
  • Programmes d’efficacité énergétique,
  • Efforts de sensibilisation,
  • Normes d’achats écologiques,
  • Accords de partenariat avec des entreprises locales,
  • Plantation d’arbres …
Les gouvernements infranationaux peuvent adapter les actions et les politiques aux besoins des citoyens, en identifiant plus facilement les priorités et les difficultés, car ils sont plus proches des citoyens que les administrations centralisées ».
Depuis un an, l’urgence climatique a mobilisé énormément de personnes dans le monde entier, et particulièrement à Bruxelles. En effet, c’est ici que Greta Thunberg a pris la parole devant le parlement Européen lors de son premier voyage à l’étranger en octobre 2018.
Si nous n’étions que de l’ordre de 1.500 à l’écouter ce 7 octobre 2018, c’est pourtant ici à Bruxelles que les marches « Claim The Climate » du 2 décembre et « Rise for Climate » du 27 janvier ont chacune rassemblé plus de 70.000 personnes, faisant les titres des journaux internationaux.
C’est ici que 35.000 jeunes ont fait grève le 24 janvier pour demander aux dirigeants de prendre enfin au sérieux la menace qui pèse sur leur avenir.
C’est ici que 20.000 personnes ont manifesté le 12 mai pour le climat et la justice sociale, indissociablement liés.
Vos électeurs ont ainsi fait preuve d’une prise de conscience et d’un engagement citoyen dont vous pouvez être fiers. Aujourd’hui nous nous adressons à vous, les responsables politiques au niveau de pouvoir le plus proche des citoyens, pour rappeler cette urgence à agir pour le climat et la biodiversité.
Nous souhaitons que la commune d’Auderghem s’engage aux côtés des citoyens afin de garantir à tous des conditions de vie digne pour le futur. Nous estimons que seule la reconnaissance de l’état d’urgence climatique et la mise en place de plans de transition écologique pourront contrer les menaces d’une catastrophe environnementale, un effondrement économique, une crise de santé publique, une pénurie alimentaire mondiale, un anéantissement de la biodiversité, et des crises de sécurité d’ampleur sans précédent.
A ce jour, 3 pays (Argentine, Irlande, Portugal) et près de 1.000 collectivités dans le monde ont adopté une déclaration d’urgence climatique dont les villes de Londres, Paris, Cologne, Düsseldorf, Milan, Naples, Genève, Glasgow, Varsovie, New York et San Francisco.
La commune de Koekelberg a été la première commune de Belgique à déclarer « un état d’urgence climatique » en s’engageant à commencer au plus vite un processus participatif vers un plan climatique.
Nous citoyens d’Auderghem, vous demandons de suivre l’exemple d’Anderlecht, Bruxelles-ville, Etterbeek, Ixelles, Koekelberg, Saint-Gilles, Schaerbeek, Uccle et Woluwe-Saint-Pierre en déclarant à votre tour l’état d’urgence climatique , et prenant les mesures nécessaires pour qu’Auderghem devienne une commune résiliente, apte à concilier justice sociale et justice climatique, visant à assurer les meilleures conditions de vie possibles pour tous.
En tant que simples citoyens qui réagissent comment tant d’autres devant l’urgence de la situation, nous n’avons aucune leçon à donner sur les enjeux environnementaux que vous connaissez bien. C’est pourquoi je n’ai pas la prétention de détailler ici les mesures spécifiques qui devront être entreprises par la commune, dont certaines sont sans doute déjà en cours. Toutefois, je me permets de vous soumettre les recommandations suivants qui sont inspirées du pacte pour la Transition [1] , rédigé par une cinquantaine d’organisations partenaires et une large consultation citoyenne en France pour construire des communes plus écologiques, plus solidaires et plus démocratiques.
Le Pacte se base sur les trois principes suivants :
  • La sensibilisation et la formation à la transition  : impulser et soutenir des actions de sensibilisation et de formation sur la transition auprès des différents publics : élus, agents communaux, jeunes, habitants, associations, acteurs économiques, etc.
  • La co-construction des politiques locales  : en associant élus, citoyens, agents et représentants des acteurs locaux, pour la définition, la mise en œuvre et le suivi des engagements. Par exemple :
    • En créant un conseil citoyen indépendant,
    • En organisant des ateliers participatifs,
    • En développant des mécanismes d’initiative citoyenne.
  • L’intégration de critères environnementaux et sociaux dans les arbitrages sur les projets communaux pour répondre à l’urgence climatique et sociale tout en prenant en compte les impacts sur le long terme.
Nous insistions sur l’important :
  • D’informer de manière visible et transparente tous les citoyens sur la situation climatique et environnementale
  • De développer un plan de transition en consultation avec experts et citoyens
  • D’intégrer l’urgence climatique et environnementale dans toutes les politiques communales
  • Et de défendre cet engagement dans toute interaction avec les autorités régionales, fédérales et européennes.
Le collectif Rise for Climate a décidé de continuer à interpeller le conseil communal de chacune des communes bruxelloises pour demander la déclaration d’urgence climatique.
Nous espérons que notre commune d’Auderghem sera ainsi l’une des premières à exprimer formellement son engagement à agir pour le climat et la biodiversité.
Nous invitons ces communes à se concerter, à échanger leurs bonnes pratiques, et à collaborer au-delà des frontières communales pour faire de Bruxelles un territoire exemplaire et inspirant.
Je vous remercie, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Échevins, Mesdames et Messieurs les Conseillers, pour l’attention que vous avez réservée à cette interpellation.
Nous, les citoyens d’Auderghem, sommes à l’écoute de la réponse que vous voudrez y donner.
  • Réponse de Monsieur Didier Gosuin, Bourgmestre
Je vous remercie pour votre interpellation et pour votre engagement quotidien à son engagement à agir pour le climat et la biodiversité.
Les partenaires de la majorité sont particulièrement sensibles à la lutte contre le réchauffement climatique. Le défi environnemental dépasse naturellement les frontières d’Auderghem. Mais à l’échelle locale, il est possible d’agir dans le cadre d’un développement durable de nos infrastructures et de nos politiques ; l’avenir étant aux circuits courts, aux économies d’énergie, aux modes de déplacements actifs et aux commerces de proximité.
Des engagements clairs et précis qui figurent dans la déclaration de politique générale pour lutter notamment contre le réchauffement climatique adoptée par le Conseil communal le 21 janvier 2019 ;
Je renvoie également à l’ensemble des nombreuses actions contenues dans le Plan d’action Agenda 21 local adopté par le collège des Bourgmestre et Echevins d’Auderghem le 13 mars 2018 et qui a fait l’objet d’une participation citoyenne dans son élaboration ainsi qu’aux différentes motions déjà adoptées par le Conseil communal
Je rappelle les engagements de la commune qui sont dans la droite ligne des trois grands principes contenus dans le Pacte pour la Transition : sensibilisation et la formation à la transition ; co-construction des politiques locales ; intégration de critères environnementaux et sociaux dans les arbitrages sur les projets communaux.
La commune d’Auderghem va déclarer à son tour l’état d’urgence climatique, et prenant les mesures nécessaires pour qu’Auderghem devienne une commune résiliente, apte à concilier justice sociale et justice climatique, visant à assurer les meilleures conditions de vie possibles pour tous.