Retour aux news
tri dechets

03/03

Pourquoi trier ses déchets ?

Nous avons de quoi être fiers : les avancées des Bruxellois en matière de tri des déchets sont toujours plus importantes. Mais au-delà des obligations réglementaires, trier ses déchets, c’est bon pour la planète, c’est tout bénéfice pour le développement économique et c’est un premier pas pour repenser notre mode de consommation.

Trier ses déchets, c’est bon pour la planète

Et si vos déchets n’étaient plus des déchets, mais des ressources qu’on peut réutiliser ? On éviterait ainsi la consommation de ressources extraites de notre planète, avec ses conséquences inévitables sur l’environnement. L'extraction et la transformation des matériaux, des carburants et des aliments représentent en effet environ la moitié des émissions mondiales totales de gaz à effet de serre et plus de 90% de la perte de biodiversité et du stress hydrique.

Vos appareils et vos outils peuvent encore servir ! Il existe par exemple de nombreuses filières de reconditionnement d’ordinateurs ou d’appareils électroménagers qui leur donnent une nouvelle vie et évitent d’en refabriquer des neufs. Saviez-vous qu’aujourd’hui, on peut facilement réparer de nombreux objets de la vie courante ?

Et même si on ne peut pas les réutiliser tels quels ou après réparation, vos déchets contiennent encore beaucoup de matières qui peuvent être réutilisées après recyclage : des métaux, du papier, du plastique, ou même des nutriments pour produire du gaz ou de l’engrais !

Les déchets résiduels seront brûlés dans un incinérateur et finiront immanquablement dans l’environnement sous forme de gaz polluants et de cendres à enfouir sous terre. Le tri, la réutilisation et le recyclage des déchets permet d’extraire un maximum de matière avant cette étape ultime.

Les restes de repas et les déchets de cuisine, par exemple, sont encore plein de ressources. Les trier dans le sac orange ou dans un compost permet d’en exploiter le potentiel. Dans un , ils seront digérés par des vers et produiront de l’engrais. Ceux que vous jetez dans le sac orange vont produire du et du compost dans une installation de . Tous vos déchets ont de la valeur !

Trier ses déchets, c’est stratégique pour notre économie

Saviez-vous que pour chaque kg de déchets que vous jetez, il aura fallu 60 kg de ressources naturelles pour le produire ? Sachant que, chaque année, le poids moyen de déchets par habitant en Europe est de 450 kg, cela signifie que vous avez en réalité consommé 27 tonnes de ressources naturelles exploitées dans le monde !

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, les prix de l’énergie et des matières premières explosent… et se répercutent sur les prix à la consommation. D’ailleurs, le dernier baromètre de la transition économique bruxellois montre que près de la moitié des entreprises voient dans l’ un moyen de réduire les coûts de production, en progression de dix points par rapport au sondage de 2018.

Bref, les déchets non triés peuvent entraîner des coûts importants en raison de la taxe d'incinération. Or ces derniers sont prêts à alimenter directement les filières de recyclage ou de surcyclage (réutilisation après reconditionnement, démontage pour récupérer les composants, autre emploi, etc.).

De nombreuses filières de recyclage et de surcyclage des déchets se sont en effet mises en place au fur et à mesure du développement du tri des déchets en Belgique. Le secteur de l’économie circulaire est en plein essor dans notre pays, notamment à Bruxelles, qui fait figure de pionnière dans le monde. Toute l’économie locale bénéficie de cet écosystème, avec des créations d’emploi à la clé.

Trier ses déchets, c’est questionner son mode de consommation

En triant ses déchets, on se rend compte des quantités et on réalise qu’il y a peut-être d’autres façons de consommer pour produire moins de déchets (acheter en vrac, utiliser des piles rechargeables, ne pas imprimer inutilement, etc.). Pour les déchets alimentaires périmés ou non consommés, par exemple, on prend conscience des coûts qu’on peut éviter en gérant mieux ses achats et sa cuisine. Savez-vous par exemple qu’on peut produire soi-même son bouillon de légumes avec des épluchures ? Découvrez toutes les recettes anti-gaspi sur la chaîne youtube de Bruxelles Environnement.

Le grand défi, c’est donc de réduire nos déchets dit « résiduels », destinés à l’incinération (le « sac blanc »). Certes, on récupère de l’énergie via le processus, mais aussi de la pollution. Tout l’enjeu du tri des déchets est de maximiser l’utilisation des ressources qu’ils contiennent avant d’avoir recours à l’incinération. Bref, plus on trie, plus on réutilise/recycle et moins on brûle de déchets.

Mais les déchets les mieux triés seront toujours ceux qu’on ne produit pas. Peut-on réduire sa production de déchets ? Oui, bien sûr ! Le tri, ça commence dans la tête : on peut décider ou pas de (sur)consommer. Le « zéro déchet » est une nouvelle façon de consommer qui tient compte dès le départ des déchets qu’on va générer. Par exemple on peut décider de réparer un vêtement plutôt que de le jeter et d’en racheter un neuf. On peut acheter un téléphone portable reconditionné plutôt qu’un neuf. Et en plus c’est bien moins cher !

Trier, c’est bon pour la planète et l’économie, mais moins de déchets à trier, c’est encore mieux pour tout le monde !

Enfin, pour réduire ses déchets, il est important d’éviter la surconsommation. La méthode BISOU peut être une aide précieuse pour prendre conscience de nos comportements d'achat. Elle nous encourage à réfléchir en nous posant les questions suivantes : ai-je réellement Besoin d'acheter quelque chose ? Est-ce un besoin Immédiat ? N’ai-je pas déjà quelque chose de Similaire qui pourrait répondre à ce besoin ? D'Où provient le produit que je prévois d'acheter ? Et enfin, est-ce que cet achat sera réellement Utile sur le long terme ? En répondant à ces questions, nous prenons conscience de la différence entre nos envies et nos véritables besoins de consommation.