Administration & politique

Question orale de Monsieur Jeremy Van Gorp et de Madame Martine Maelschalck (MR-OpenVLD), à propos de l’installation de lieux de baignade en plein air

Monsieur le Président du Conseil,
Chers Collègues,
La presse nous a appris (L’Echo du 2 mars 2019, et autres sources) que la ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Frémault envisageait de tester six points d’eau de la Région pour en faire des lieux de baignade.
Et parmi ces lieux, figurent un étang du Rouge-Cloître à Auderghem et l’étang des Pêcheries, à la limite  avec Watermael-Boitsfort.
Tout cela part certainement d’une bonne intention (et n’a probablement aucun rapport avec la proximité des élections). Reste que l’on peut s’interroger sur l’opportunité - les premières ouvertures devraient avoir lieu seulement quelques week-ends par an, ce qui n’apporterait pas une véritable solution au manque de points d’eau de baignade à Bruxelles en période de canicule- et sur la faisabilité de ce projet. Nous attendons par exemple avec impatience les réactions des amis de la nature, de la faune, de la flore ou… du silence.
En ce qui concerne plus spécifiquement Auderghem, voici nos questions :
  1. La commune a-t-elle été consultée dans la préparation du projet ?
  2. Si oui, quelle a été la réponse de la commune ?
  3. Est-il judicieux d’envisager de se baigner dans les étangs du Rouge-Cloître qui viennent de faire l’actualité en raison d’une pollution aux hydrocarbures ?
  4. Au cas où le projet venait à se concrétiser, pouvez-vous nous confirmer que la commune modifiera bien son règlement général de police qui stipule, au chapitre III, section 3, article 20, qu’il « est interdit de se baigner dans les rivières, ruisseaux, canaux, étangs, bassins, fontaines, d’y baigner des animaux ainsi que d’y jeter, d'y laver ou d’y tremper quoi que ce soit » ?
Merci de vos réponses.
Jérémy Van Gorp et Martine Maelschalck, conseillers communaux MR-Open VLD
  • Réponse de Madame Sophie de Vos, Bourgmestre f.f
Nous avons reçu un mail début février nous informant d’un projet en cours « en collaboration avec l’IBGE et concernant la baignade en plein air envisagée dans divers lieux en Région bruxelloise » mais nous n’avons pas été (re)contactés avant les sorties presse. Nous attendons toujours d’ailleurs une demande officielle du cabinet de la ministre.
Suite à ces sorties presse j’ai contacté les organisateurs et ils sont venus expliquer leur projet le 11 mars dernier.
Il s’agit d’un projet qui remonterait à 2 ans et qui proviendrait d’une demande citoyenne. La baignade en plein air est une activité sportive mais aussi sociale pour les personnes de tous âges et de tous milieux. Cependant, la natation en plein air n'existe nulle part à ce stade à BXL.
La première étape a été de vérifier la qualité des eaux des différents lieux. 5 sites s’en sont sortis suffisemmant propres:
Pede (Anderlecht), Ceria, Pêcheries, Bois de la Cambre et l'étang n°3 à Rouge-Cloître.
L’étape suivante serait d’organiser des journées tests pour évaluer le réel souhait des citoyens et les impacts/difficultés/points d’attention divers (mobilité, environnementaux,  etc).
A Rouge-Cloître :
Il s’agirait d’une cinquantaine de baigneurs autorisés en même temps et sur inscription, le tout gratuit.
L’étang n°3 n’accueille pas de nids de foulques (nids flottants) et de la crème solaire « bio » serait distribuée gratuitement.
Un ponton d’une dizaine de mètres serait installé pour assurer une entrée/sortie de l’eau loin des berges.
Maîtres-nageurs, cabines, poubelles, WC’s etc seraient fournis gratuitement, installés et enlevés.
Le poissons sont essentiellement des carpes (pêcheurs). Pour les tests tout semble prévu (sauf le financement !)
Nous sommes extrêmement sceptiques quant à l’opportunité de réaliser ces tests et ce pour plusieurs raisons :
  1. Les organisateurs (pool is cool) n’ont pas l’air d’être certains d’avoir les subsides à l’heure actuelle 
  2. à quoi bon faire un test si on ne souhaite pas pérenniser le projet dans ce lieu ou si on n’en a pas les moyens ?
  3. Rouge-Cloître est déjà saturé du point de vue de la mobilité par beau temps. 
  4. Le risque le plus important est de familiariser la population à l’idée que l’on peut se baigner à Rouge-Cloître et que les baignades sauvages se multiplient (hors balises énumérées plus haut), dans n’importe quel étang, dès la moindre pointe de température, avec des crèmes solaires non bio et autres débordements non prévisibles et difficiles à éviter…. Tous ces désagréments à charge de la commune évidemment
  5. De plus, de nombreux travaux vont avoir lieu dans les années qui viennent sur le site ce qui ne rend pas le projet aisé par ailleurs, indépendamment des contraintes liées à la biodiversité et à l’environnement.
  6. Enfin, les acteurs internes à Bruxelles Environnement devraient se concerter car les gestionnaires du site et les porteurs du projet ne sont pas sur la même longueur d’ondes.
Bref, nous sommes en attente de complément d’information de la part de Bruxelles Environnement …depuis un certain temps maintenant.
Les baignades sont envisagées dans l’étang n°3, les hydrocarbures tombent dans les étangs n°1 et n°2 (un peu).