Administration & politique

Question écrite de Jeremy Van Gorp et Martine Maelschalck, conseillers MR-Open VLD à propos de la mort d’un SDF sur le parking du Carrefour

LE COLLÈGE,
Vu la Nouvelle loi communale, les articles 84 et 84bis ;
Vu le Règlement d’ordre intérieur du Conseil, les articles 55 à 60 ;
Vu l'arrêté n°2020/003 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale de pouvoirs spéciaux relatif au fonctionnement des organes communaux dans le cadre de la crise sanitaire COVID-19 ; 
Considérant ce qui suit :
Le 20.05.2020, Monsieur Jérémy Van Gorp et Madame Martine Maelschalck ont transmis par e-mail une question orale à Monsieur Christophe Magdalijns, Président du Conseil communal et à Monsieur Etienne Schoonbroodt, Secrétaire communal.
Monsieur le Président,
Monsieur le Bourgmestre,
Chers Collègues,
Le meurtre récent d’une personne SDF sur le parking du Carrefour nous interpelle une nouvelle fois sur l’insécurité du périmètre et sur la nécessité d’apporter des réponses aux personnes précarisées qui y sont régulièrement présentes. Le groupe MR-OpenVLD avait déjà d’ailleurs soulevé le point au Conseil de Police l’année dernière. Mais le fait est que la situation n’évolue pas favorablement.
Nos questions sont les suivantes :
  • Y a-t-il des problèmes constatés régulièrement en matière de sécurité dans le périmètre du Carrefour ? Si oui, lesquels ? Comment la commune compte-t-elle y remédier ?  Y a-t-il des caméras de surveillance sur les lieux et si oui, pour quel usage ? Si non, pourquoi ? La commune a-t-elle identifié d’autres zones à risque sur son territoire et si oui, quelles mesures sont-elles prises pour sécuriser les lieux ?
  • Comment la commune suit-elle la situation de la présence de ces personnes précarisées installées quotidiennement dans le périmètre du Carrefour ? Quelles mesures sont-elles prises par la commune pour venir en aide aux personnes précarisées et les aider à retrouver une situation plus stable ?
Nous vous remercions.
Jeremy Van Gorp et Martine Maelschalck, conseillers communaux MR-Open VLD
Le 23.06.2020, Monsieur Didier Gosuin, Bourgmestre a répondu comme suit :
Madame la conseillère,
Monsieur le conseiller,
Il n’y a actuellement pas de caméras de surveillance urbaines dans la commune d’Auderghem. Les images des commerces sont exploitées lorsque des faits judiciaires sont commis.
La perception de la population quant à la présence de ces personnes est partagée. Certains les soutiennent et ne les trouvent pas dérangeants tandis que d’autres personnes se sentent en insécurité.
Il s’agit d’une population fragilisée, présentant souvent des problèmes d’assuétude (alcool, drogue), les individus sont fréquemment accompagnés de chiens. Cela a pour conséquence de créer des tensions et des conflits de manière récurrente principalement internes à ces groupes de SDF.
Les patrouilles de police vérifient régulièrement les lieux et ont identifié toutes les personnes qui s’y établissent. Il n’y a pas d’opposition avec les forces de l’ordre. Les individus ne sont pas non plus violents avec les passants.
Pour l’instant il n’y a pas d’autres points problématiques connus dans la commune d’Auderghem. 
La commune, en direct via le CPAS et l’Echevinat de l’Action sociale ou en partenariat avec des associations de terrain (Croix Rouge d’Auderghem, membres du FASA…), se préoccupe depuis longtemps des personnes précarisées qu’elles soient désignées comme SDF ou autres. Et pas uniquement dans le périmètre du Carrefour.
Ceci concerne principalement les personnes précarisées qui sont « sous les radars » du CPAS.
En effet, le CPAS s’occupe des personnes précarisées (SDF…) qui viennent s’inscrire. Et ce sont souvent les services de l’Action sociale, de la Croix Rouge et du FASA qui les envoient.
A ce niveau, voici les actions qui existent :
  • Sont accueillies toutes les personnes avec ou sans revenus (habitants Auderghem)
  • Une adresse de référence peut être établie au siège du CPAS (importante, entre autre, pour bénéficier d’une inscription mutuelle)
En terme d’aides sociales supplémentaires :
  • Un revenu d’intégration sociale peut être attribué
  • L’attribution d’une « carte santé » (qui permet d’obtenir des soins gratuits)
  • L’attribution d’une carte « épicerie sociale »
  • Aides « énergie » (gaz, électricité, eau, mazout…)
  • Aides à l’installation (logement, meubles, caution locative, loyer…)
En terme d’aide au logement :
  • Prise en charge par la Cellule logement  (aide pour trouver un logement)
  • Aide à l’inscription dans une AIS  (Agence immobilière sociale)
  • Aide à l’inscription en logements sociaux (partenariat avec En Bord de Soignes)
  • Pour les urgences, mise à disposition, pour 3 mois (renouvelable une fois) de 4 appartements dits « de transit »)
DECIDE
  • de transformer la question orale en question écrite
PREND ACTE
  • de la réponse à la question écrite
  • de la publication de la question et de la réponse, après traduction, sur le site internet communal