News

Retour aux news

Histoire d'une balafre urbaine : Le PAD, résultat de 20 ans de lobbying intense

 

La mise à l’enquête publique du PAD signera-t-elle le début de la fin d’une longue histoire qui a  profondément marqué Auderghem ? Retour sur quelques dates marquantes...

 

Mis en service en 1973, le viaduc a été imposé par l’État belge contre la volonté des autorités communales et bruxelloises. Il a d’ailleurs été construit sans permis d’urbanisme et est toujours à l’heure actuelle… illégal!

" Il faut se remettre dans le contexte de l’époque ",  rappelle  le bourgmestre. “ Auderghem comptait plus d’habitants qu’aujourd’hui. C’était une commune homogène de type périurbain. La construction du viaduc a entraîné la destruction de quartiers entiers tout en créant une barrière physique infranchissable. La commune est depuis coupée en deux ”.

Début des années 2000, Auderghem interpelle la Région pour réfléchir à des aménagements alternatifs. “Nous avons très tôt milité pour le remplacement par un boulevard urbain, mais nous peinions, et le mot est faible, à nous faire entendre. À l’époque, nous étions les seuls à tirer la sonnette d’alarme”.

En 2007, devant l’inertie de la Région, Auderghem lance un appel à idées auprès de trois bureaux d’architecture pour imaginer une entrée de Bruxelles sans viaduc.

En 2010, c’est au tour du Cercle des Trois  Fontaines de se  manifester en organisant une destruction symbolique de  l’édifice à l’aide de marteaux en mousse.

Le 18 septembre 2011, à l’occasion de la journée sans voiture, le viaduc est pour la première fois accessible aux seuls piétons et cyclistes. L’artiste François Schuiten crée un immense trompe l’œil qui “remplace” le viaduc par une vision idéalisée d’Auderghem.

" Ce n’est qu’en 2014, après 15 ans d’obstination et de lobbying, que la Région a pris conscience de l’importance de ce dossier ”, souligne le bourgmestre.  “O n  a donc gagné un combat. C’est maintenant la responsabilité de la Région de le mettre en œuvre ”.

 

 

Comment donner son avis ?

Perspective.Brussels, le bureau de la planification de la Région bruxelloise. La commune a été dès le départ associée aux travaux. " Nous avons défendu le point de vue d'Auderghem mais soyons francs : dans un dossier pareil, il est très difficile d'atteindre la perfection. C'est maintenant aux Auderghemois de prendre les choses en main, de faire valoir leur connaissance du terrain et d'améliorer le projet ".

Pour cela, trois solutions:

 

Le PAD est par ailleurs consultable au service de l'Urbanisme, du lundi au vendredi de 9 à 12h et le  jeudi de 17 à 20h.