Retour aux news

24/05

La porte de Jany Crucifix reste grande ouverte

Didier Gosuin n'est pas le seul à quitter le Collège en ce début 2022. Jany Crucifix, échevine de la Cohésion sociale depuis 15 ans, a elle aussi décidé de transmettre le témoin. "Honnêtement, j'adore ce que je fais et j'aurais pu continuer encore pendant des années. Mais à 67 ans, je pense qu'il faut pouvoir laisser la place aux jeunes", confie-t-elle dans un immense sourire.

Discrète, bourrée d'énergie, Jany Crucifix a fait toute sa carrière dans le secteur social, d'abord dans le privé puis dans le domaine public. Au cœur de son engagement, une conviction : "Aider les gens, ce n'est pas faire les choses à leur place. Le vrai travail social, c'est accompagner les personnes pour qu'elles trouvent elles-mêmes les solutions à leurs problèmes". Carnaval, Fête de la jeunesse, Halte garderie, Espace Public Numérique, Stages de codage, Epicerie sociale... Le bilan de Jany Crucifix se lit d'abord dans le regard des centaines de personnes qu'elle a aidées. "Le tour de force de Jany est d'avoir réussi à rendre l'aide sociale communale accessible à tous, sans jugement ni stigmatisation", témoigne Didier Gosuin. "Parce qu'il n'y a pas que les bénéficiaires du CPAS qui peuvent avoir besoin d'aide : les accidents de la vie touchent tout le monde".

Depuis 15 ans, la porte du bureau de Jany Crucifix est toujours ouverte. Elle en a fait un espace de dialogue et d'écoute ou règne un esprit de débrouillardise et de créativité. "L'aide sociale est une matière extrêmement complexe parce que les règles changent tout le temps. Il faut s'accrocher". Jany Crucifix continuera donc son travail inlassable en soutenant son successeur en tant que conseillère du CPAS. "Et bien sûr, ma porte reste toujours grande ouverte".

 

 

En savoir plus