Retour aux news

13/04

Projet d'autofinancement de la Cempa : la tolérance et la liberté au bout du voyage

 

Sortir du quartier. Respecter d’autres règles. Effacer les préjugés. Développer son autonomie financière... Au mois d'août, 15 jeunes Auderghemois habitant le quartier du Lambin partiront à Mayotte. L'aboutissement d'un projet d'autofinancement mené par la Cempa, la Cellule éducative de la Maison de la Prévention.

Ils sont 15. En décembre 2015, le bouche-à-oreille les a menés à la Cempa. Pour la troisième fois en 4 ans, la Cellule Éducative de la Maison de la Prévention lançait un projet un peu fou : permettre à des jeunes de monter un projet d'échange international. Avec un principe : planifier et financer eux-mêmes le projet.

"Après le Maroc et le Québec, nous avons établi le partenariat avec Mayotte", raconte Saïd Benallel, coordinateur de la Cempa. "Le groupe s'y rendra en août pour y rencontrer des jeunes qui sont confrontés à des difficultés et des réalités économiques, sociales et culturelles différentes. L'objectif est de les amener à porter un autre regard sur leur propre réalité".

Mais la démarche, soutenue par le projet Erasmus, ne s'arrête pas là. "Depuis deux ans, le groupe prépare ce voyage. Avec des réunions bimensuelles pour répartir les tâches, prendre les décisions, mettre en place le calendrier, régler les contraintes administratives, etc. Et avec des actions "professionnelles" pour financer le projet. Ce sont eux qui ont assuré le service lors du repas de Noël pour les seniors. Eux qui tiennent le bar lors des activités de la Maison de la Prévention. Eux qui coordonnent certaines animations au Lambin."

"La CEMPA a pour objectif de travailler sur les facteurs responsables du sentiment d’insécurité", explique l'échevin de la Prévention. "Par une présence active sur le terrain, mais aussi par la mise en place de projets générateurs de valeurs de liberté et de tolérance. C'est un véritable défi qui ne peut être atteint qu'en travaillant à long terme."